Apocalypse #28: Apocalypse chapitre 17: La chute de la Babylone religieuse

Apocalypse #28: Apocalypse chapitre 17: La chute de la Babylone religieuse

Prédication de Michel Bohrer, 2021_01_06, église AB Vevey

titre: Apocalypse #28: Apocalypse chapitre 17: La chute de la Babylone religieuse , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : Le chapitre 17 décrit la Babylone religieuse (et politique).- Le chapitre 18 traite de la Babylone commerciale (une économie de marché mondial).Ces deux chapitres sont difficiles à interpréter. Que signifie le terme BABYLONE ?Babylone est à la fois une ville et un système. Ses débuts remontent à la Genèse, au chap. 10 (Gen 10.10), avec la construction de la tour de Babel.Mais Babylone est également un système, à l’instar de « Wall Street », qui est à la fois une rue et une entité financière.

Introduction

Le livre de l’Apocalypse consacre deux chapitres à la chute de Babylone, les chapitres 17 et 18. Nous traiterons aujourd’hui le chapitre 17.

  • Le chapitre 17 décrit la Babylone religieuse (et politique).
  • Le chapitre 18 traite de la Babylone commerciale (une économie de marché mondial).

Ces deux chapitres sont difficiles à interpréter. Il y a bien des détails qui ne seront clairs que lorsque le monde entrera dans le temps de la tribulation, et donc importants pour les croyants qui se tourneront vers le Seigneur durant les sept ans que durera la tribulation.

Que signifie le terme BABYLONE ?

Babylone est à la fois une ville et un système. Ses débuts remontent à la Genèse, au chap. 10 (Gen 10.10 ), avec la construction de la tour de Babel.

Mais Babylone est également un système, à l’instar de « Wall Street », qui est à la fois une rue et une entité financière.

UNE FEMME ASSISE SUR UNE BÊTE (v. 1-6)

Versets 1-2 : « Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint me parler et dit : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’immoralité, et c’est du vin de sa prostitution que les habitants de la terre se sont enivrés »

Le premier verset souligne le thème du chapitre, « le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux ».

Qui est cette « grande prostituée » »  Elle est un faux système religieux qui fleurira sur la terre durant la tribulation. À quatre reprises, elle est appelée « prostituée » (v. 1,5,16,17 ; cf.19.2), car contrairement à l’Église de Jésus-Christ, elle est infidèle au Seigneur.

Quant aux « eaux » sur lesquelles la prostituée est assise, elles représentent, selon le verset 15, les peuples du monde. Son influence sur les peuples sera donc universelle. Son système religieux – un oecuménisme syncrétiste – contrôlera, pour un temps, le pouvoir civil. Elle influencera à la fois les peuples et le pouvoir civil.

Autant les puissances politiques de la planète que ses habitants commettront « l’immoralité » avec elle. Autant les chefs d’États que les populations seront séduits par cet amalgame de fausses religions. Durant la tribulation mondiale, la séduction sera à son comble.

L’Église apostate s’alliera donc aux puissances politiques mondiales. Le résultat sera une infamie spirituelle. La fausse religion a toujours été le pire ennemi de la vraie religion.

Quel danger pour l’Église de Jésus-Christ de solliciter des relations communes avec les puissances politiques de ce monde ! Lorsque l’Église de Jésus-Christ s’engage dans cette voie, ce n’est pas elle qui influence le monde, mais plutôt le monde qui influence l’Église. Cela conduit inexorablement à des compromis.

Ne nous trompons pas d’objectif ! Notre mission n’est pas de changer la société, mais que nos vies glorifient Dieu et que nous soyons ses témoins, afin que beaucoup encore se détournent de ce monde mauvais et se tournent vers le Seigneur. C’est ce qu’a fait le Seigneur ; c’est ce qu’ont fait les premiers disciples. Comme le Seigneur l’a dit : « Mon royaume n’est pas de ce monde » (>Jean 18.36 ).

Description de la femme

Les versets 3 à 6 décrivent cette femme : « Alors il me transporta en esprit dans un désert et je vis une femme assise sur une bête écarlate, couverte de noms blasphématoires et qui avait sept têtes et dix cornes. Cette femme était habillée de pourpre et d’écarlate et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or remplie d’abominations et des souillures de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre. 6 Je vis cette femme ivre du sang des saints, du sang des témoins de Jésus. En la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement ».

L’apôtre Jean mentionne « une femme assise sur une bête écarlate » (v. 3). Cette bête est la même que celle déjà mentionnée au chapitre 13 (13.1), un futur dictateur mondial, lequel aura autorité sur tout peuple et toute langue.

La pièce de 2 euros de la Grèce, date de l’année 2002 à nos jours. La femme sur le taureau est une figure mythique grecque, Europe, enlevée par Zeus, lequel se serait métamorphosé en taureau blanc. Le nom de la femme, Europe, a donné son nom à notre continent.

Remarquez la position de cette femme : elle est « assise » sur la bête (cette bête nous est décrite plus loin). Elle a donc le soutien du pouvoir politique. Elle jouit même d’un rôle dominant. Quant à la bête, elle est décrite comme ayant sept têtes et dix cornes.

Les versets 9 à 12 nous en donnent l’explication. Le pouvoir politique fera alliance – pour un temps – avec l’autorité religieuse, uniquement parce que cette dernière sert la cause de la bête. Mais en fait, la bête n’a aucune sympathie pour cette église apostate. La bête représente donc l’autorité politique (et économique), alors que cette femme représente l’autorité religieuse.

Cet épisode aura lieu durant la première moitié de la tribulation. Car lors de la seconde moitié, appelée la grande tribulation, la bête s’autoproclamera Dieu et exigera que tous les peuples l’adorent (cf. 2 Thes 2.3-4 ).

La « coupe d’or » dans sa main, indique la profondeur de son apostasie. Celle-ci est «  remplie d’abominations et des souillures de sa prostitution » (v. 4).

Cette femme porte un nom écrit sur son front : « Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre. » Son nom est appelé « mystère. » Ce terme « mystère » peut nous conduire à penser qu’il ne s’agit pas de la ville de Babylone sur l’Euphrate, mais de ce qu’elle représente, un système.

Elle est au niveau religieux ce qu’a été Babylone, « la mère des prostituées et des abominations de la terre ». Les rites religieux et iniques de Babylone se sont infiltrés très tôt dans l’Église. Mais Babylone est plus que cela : elle inclut toutes les fausses religions.

Babylone dans l’histoire

Babylone a une longue histoire : elle occupe une place importante dans l’Écriture. Le terme Babylone (ou Babel) signifie confusion. Elle est un symbole du mal, de l’idolâtrie, de la rébellion contre Dieu et de la persécution du peuple de Dieu.

  1. La première mention de Babylone se trouve dans la Genèse. Nimrod a été le fondateur de Babel, appelé plus tard Babylone (Genèse chapitre 10  ; 3’000 ans av. J.-C.). Le chap. 11 de la Genèse décrit la première rébellion des hommes contre Dieu, en voulant construire une ville et une tour qui atteindrait le ciel (la tour de Babel).

Cette photo présente un tableau de la tour de Babel peint par Brueghel en 1563 (il se trouve au Kunsthistorisches Museum à Vienne). La personne au 1er plan est probablement Nimrod. Cette peinture de la Tour de Babel n’est pas sans rappeler, avec ses nombreuses arches, le Colisée de Rome, symbole de l’orgueil humain et de la persécution des chrétiens.

  • L’apogée de Babylone a été durant le règne de Nebucadnetsar (au 6ème siècle av. J.-C.). C’est durant ce temps que le prophète Daniel a écrit son livre.

Cette photo reproduit une gravure, « les jardins suspendus de Babylone » (6ème siècle av. J.-C.). Elle a été faite par un artiste probablement au 19ème siècle.

La cité était l’une des sept merveilles du monde ancien, avec ses jardins suspendus et ses murs de 23 km de long et de 65 mètres de haut. Mais Nebucadnetsar, dans son orgueil, a défié Dieu, et Dieu l’a humilié (cf. Daniel ch. 3 ). Quant à la ville, elle a été conquise en une nuit, en 539 av. J.-C., par les Mèdes et les Perses (Dan 5.30 ). Belschatsar, le petit fils de Nebucadnetsar, a été tué. Et c’est Darius le Mède qui est devenu le nouveau roi.

  • Enfin, nous retrouvons Babylone dans l’Apocalypse, aux chapitres 17 et 18. La bête, le Nimrod de la fin des temps, réunira à la fois le pouvoir politique et religieux.

Mais il a besoin de la prostituée, la chrétienté apostate, laquelle embrasse toutes les religions du monde.

Durant les premiers 3½ ans de la tribulation, l’antichrist se servira de l’Église apostate pour asseoir son influence sur la terre entière. Alors, il détruira la prostituée (Apoc 17.15-18 ) et il deviendra l’objet de l’adoration universelle (2 Thes 2.3-4  ; Apoc 13.15 ).

Cette chrétienté apostate de la première moitié de la tribulation sera coupable de la persécution des « témoins de Jésus » (v. 6).

En contemplant cette femme, l’apôtre Jean est « saisi d’un grand étonnement ».

Nous avons considéré la femme assise sur la bête (point I) ; considérons deuxièmement…

UNE BÊTE AVEC 7 TÊTES ET 10 CORNES (v. 7-14)

La bête

Versets 7-8 : « L’ange me dit : Pourquoi t’étonnes-tu ? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, celle qui a les sept têtes et les dix cornes. La bête que tu as vue, existait et elle n’existe plus. Elle va monter de l’abîme et s’en aller à la perdition. Les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été inscrit dès la création du monde dans le livre de vie, s’étonneront, en voyant que la bête existait, qu’elle n’existe plus et qu’elle reparaîtra. »

Peu de passages dans l’Apocalypse ont été le sujet de tant de discussions parmi les érudits. La prudence est donc de mise.

La bête est décrite comme ayant « les sept têtes et les dix cornes » (v. 7 ; cf. v. 3).

« La bête… va monter de l’abîme » (v. 8), le lieu de Satan et des démons (cf. 11.7 ; 9.1-2,11). La bête reçoit donc sa puissance du dragon, le diable (cf. 13.4).

Cette bête « existait et elle n’existe plus et elle va monter de l’abîme » (v. 8).

Que cela signifie-t-il ?[1]

Selon ce passage, comme le souligne le chapitre 13, il se pourrait que le futur chef du dernier empire mondial subisse une tentative d’assassinat.

Nous lisons ces paroles au chapitre 13 : « L’une de ses têtes était comme blessée à mort, mais sa blessure mortelle fut guérie. Remplie d’admiration, la terre entière suivit alors la bête. 4 On adora le dragon parce qu’il avait donné l’autorité à la bête ; on adora aussi la bête en disant: Qui est semblable à la bête et qui peut combattre contre elle ? (Apoc 13.3-4 ).

Sa blessure devrait causer sa mort. Les nations seront sous le choc (pensez au choc qu’a été l’assassinat de John Kennedy !). Mais de façon surnaturelle – par la puissance de Satan – il guérira de sa blessure mortelle.

Le monde sera si impressionné par le retour à la vie du chef mondial et de son empire qu’ils suivront la bête (cf. 13.3). Les derniers 42 mois de la tribulation mondiale constitueront la forme finale de l’apostasie, où « la terre entière » adorera un homme, l’antichrist, et le dragon, Satan.

Qui sera séduit par ce pseudo-miracle ? « Les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été inscrit dès la création du monde dans le livre de vie » (v. 8).

Dans l’Apocalypse, « le livre de vie » revêt une importance particulière. Il y a ceux dont le nom y est inscrit, et il y a ceux dont le nom n’y est pas inscrit. L’apôtre Jean mentionne ce livre à 6 reprises[2].

Les noms de toutes les personnes qui lui appartiennent ont été écrits dans le livre de vie dans l’éternité passée (cf. aussi 13.8). Un rappel que c’est Dieu qui nous a choisis : « En lui (Jésus-Christ), Dieu nous a choisis avant la création du monde » (Éph 1.4). Est-ce que nous réalisons la grâce que Dieu nous a faite ?

Durant son ministère terrestre, le Seigneur a envoyé, outre les Douze, 70 autres disciples dans les villes et les lieux où lui-même devait aller. Lorsqu’ils sont revenus, ils étaient tout joyeux. Ils ont dit à Jésus : « Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom. »

Jésus leur a répondu qu’il leur avait donné le pouvoir sur toute la puissance de l’ennemi. Et il a ajouté : « … Cependant, ne vous réjouissez pas de ce que les esprits vous sont soumis, mais réjouissez-vous de ce que vos noms sont inscrits dans le ciel » (Luc 10.17-20 ).

La chose la plus importante ici-bas est de savoir que ton nom est inscrit dans le livre de vie de l’Agneau. Et, chose extraordinaire, chacun est invité à venir au Seigneur. L’offre est universelle. Jésus a promis : « Tous ceux que le Père me donne viendront à moi et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi » (>Jean 6.37 ). La porte est grande ouverte : chacun est invité, personne n’est exclu.

  • Les sept têtes

Versets 9-11 : « C’est ici qu’il faut une intelligence éclairée par la sagesse. Les sept têtes sont sept montagnes sur lesquelles la femme est assise. Ce sont aussi sept rois : cinq sont tombés, l’un règne, l’autre n’est pas encore venu. Et quand il sera venu, il ne doit rester que peu de temps. Quant à la bête qui existait et qui n’existe plus, elle est elle-même un huitième roi ; elle fait partie des sept et s’en va à la perdition. »

Vous comprenez pourquoi il faut une intelligence éclairée !

Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise. Les sept têtes sont aussi sept rois : cinq sont tombés, l’un règne, l’autre n’est pas encore venu. Quant à la bête, elle est elle-même un 8ème roi.

Cette « femme est assise » sur sept montagnes. Cela signifie qu’elle sera impliquée, tant au niveau religieux que politique, durant la première moitié de la tribulation.

Selon l’interprétation traditionnelle, le pouvoir ecclésiastique sera à Rome. Nombreux sont les exégètes qui considèrent en effet les sept montagnes comme faisant référence à Rome. De tout temps, Rome, la ville éternelle, a été décrite comme la ville aux sept collines. Dans des guides de voyage en Italie, il est mentionné « les sept collines de Rome ». Les sept collines – hautes entre 45 et 70 mètres – sont situées de part et d’autre du Tibre.

Les remarques de René Pache[3]sont pertinentes. Selon lui, l’apôtre Jean souligne deux choses. Je cite : Premièrement, « la femme exerce une influence universelle : les habitants de la terre se sont enivrés du vin de son impudicité, et elle est assise sur des peuples, des foules, des nations et des langues… Il semble donc bien qu’elle soit devenue la fédération ecclésiastique universelle… »

statue représentant une femme sur un taureau a été érigée devant le bâtiment européen Winston Churchill à Strasbourg

Cette statue représentant une femme sur un taureau a été érigée devant le bâtiment européen Winston Churchill à Strasbourg : elle représente une femme sur un taureau. Cette statue fait référence à la mythologie grecque ; elle est une des représentations les plus anciennes de l’Europe[4].

Deuxièmement, selon René Pache, « cette grande fédération finale aura son centre à Rome, la capitale aux sept collines ; il est donc permis de se demander si elle ne se fera pas sous l’égide de l’Église Romaine. Cette dernière paraît en effet seule posséder l’organisation ecclésiastique mondiale, capable de former l’armature de la grande union de toutes les religions » (fin de citation).

Nous ne critiquons pas ici les personnes, mais le système. Il ne faut pas l’oublier.

En janvier 2016, le Pape François a lancé sa chaîne télévisée de prière. Il s’agit d’un réseau mondial de prière, en 9 langues, via You Tube et les réseaux sociaux. Son premier message en janvier 2016 était : « Pour que le dialogue sincère entre les hommes et les femmes de différentes religions porte des fruits de paix et de justice. » Il ajoute que dans cet éventail de religion, « nous avons une seule certitude pour tous : nous sommes tous enfants de Dieu ».

Visionnez sur internet la vidéo du pape François (de janvier 2016)[5].

René Pache souligne encore que « l’histoire de la papauté … est inconcevable sans son siège à Rome, où elle a été établie pendant environ 1500 ans »[6].

En outre, et cela depuis des siècles, Rome a voulu influencer le pouvoir temporel, « les rois de la terre », ainsi que le souligne le verset 2.

Mais étant donné que « les sept têtes » sont également « sept rois », ces sept têtes pourraient représenter les grandes puissances mondiales. Alors que l’apôtre Jean écrit ces lignes, cinq royaumes « sont tombés » : l’Égypte, l’Assyrie, Babylone, la Perse et la Grèce.

« L’un règne », du temps de l’apôtre, c’est l’empire romain. Jean mentionne un autre roi qui « n’est pas encore venu » : il pourrait s’agir du dernier empire, celui de l’antichrist. L’Écriture ajoute qu’il ne sera là « que peu de temps » (v. 10 ; cf. 13.5) et qu’il ira « à la perdition » (v. 8).

Quant au « huitième roi » faisant partie des « sept », selon le verset 11, il s’agit du dictateur final, qui dirigera le dernier empire sur la terre, lequel sera détruit par le Messie lors de sa seconde venue.

Regardons un poster de l’Union européenne, ainsi qu’une photo du Parlement européen à Strasbourg.

  1. Poster de l’Union européenne :
Poster de l’Union européenne :

Que signifie ce poster ?

  1. Que les bâtisseurs de l’U.E. se sont inspirés de la « Tour de Babel » comme modèle pour l’Union Européenne. Cette affiche reproduit la tour du tableau de Brueghel.
  2. Quant au slogan : « Europe : plusieurs langues, une seule voix », il est significatif. L’homme ne peut pas annuler le châtiment de Dieu lors de la construction de Babel par Nimrod. Mais il se propose, malgré la barrière des langues, de s’exprimer d’une seule voix.
  3. Enfin, regardez les étoiles : elles sont à l’envers. Ce sont des pentagrammes inversés, lesquels font référence à quelque chose de maléfique. Vu les protestations de beaucoup, ce poster a été banni.
  4. Le Parlement européen à Strasbourg (comparé au tableau de Pieter Brueghel, « Tour de Babel ») :

Ce bâtiment du Parlement de l’U.E. à Strasbourg date de 1999. Cette tour est appelée « Louise Weiss ». Pourquoi a-t-elle l’air incomplète ? Selon ses promoteurs, elle reflète « la nature inachevée de l’Europe ».

Pourtant, si l’on regarde plus en détail, on est frappé par le symbolisme de cette tour. En fait, ce bâtiment ressemble étrangement au tableau de la « Tour de Babel » peint par Pieter Brueghel en 1563 (comparez les deux photos).

Cela signifie que les promoteurs de l’U.E. veulent poursuivre le travail inachevé de Nimrod, lequel a construit la tour de Babel pour défier Dieu. La philosophie sur laquelle l’U.E. est bâtie est néfaste. Pourquoi ? Elle est basée sur le rejet de Dieu et la déification de l’homme.

Nous ne devons jamais oublier que le fait d’avoir des nations séparées les unes des autres fait partie du dessein de Dieu, afin de préserver l’humanité de totalitarismes planétaires[7]. Deutéronome nous le rappelle : « Le Très-Haut a donné un héritage aux nations, quand il a séparé les humains, il a fixé les frontières des peuples… » (Deut 32.8  ; cf. Act 17.26 ).

En résumé, nous pouvons dire ceci :

Après l’enlèvement de l’Église, l’antichrist sera révélé, il montera au pouvoir. Pour gagner les nations à sa cause, il s’associera à la prostituée, la fausse Église, laquelle réunira toutes les religions du monde. C’est la période du septième roi.

Il est possible, que ce futur chef subira une tentative d’assassinat. Sa blessure devrait causer sa mort. Mais de façon surnaturelle, il guérira de sa blessure mortelle. La terre entière sera remplie d’admiration et suivra la bête (cf. 13.3).

Alors il règnera de façon absolue pendant 3½ ans. Il abolira toutes les religions et il s’autoproclamera Dieu (2 Thes 2.4 ).

Dans son rôle durant la seconde partie de la tribulation, il sera ce « huitième roi ». Mais il sera détruit par le Seigneur Jésus lors de son avènement (cf. 2 Thes 2.8 ).

  • Les dix cornes

Nous avons considéré les sept têtes. Qu’en est-il des dix cornes ?

Versets 12-14 : « Les dix cornes que tu as vues sont dix rois qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais ils reçoivent le pouvoir de régner pendant une heure avec la bête. Ils ont une même pensée et ils donnent leur puissance et leur pouvoir à la bête. Ils combattront contre l’Agneau et l’Agneau les vaincra parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois. Ceux qui ont été appelés, choisis et fidèles et sont avec lui les vaincront aussi. »

« Les dix cornes » sont les mêmes que celles mentionnées par le prophète Daniel (Dan 7.7 ). Ce sont dix rois qui règneront pendant une heure avec la bête et qui lui donneront leur pouvoir. Pratiquement, ces dix rois représentent dix pays qui abandonneront leur souveraineté nationale à l’antichrist.

Lisons la prophétie de Daniel. Au chapitre 7 de son livre, nous lisons ces paroles :

« Après cela, j’ai vu dans mes visions nocturnes une quatrième bête, redoutable, terrible et extraordinairement puissante. Elle avait de grandes dents en fer. Elle mangeait, brisait et piétinait ce qui restait. Elle était différente de toutes les bêtes précédentes et avait dix cornes. Je regardais les cornes et j’ai vu une autre petite corne sortir du milieu d’elles. Trois des premières cornes ont été arrachées devant elle. Sur cette corne, il y avait des yeux pareils à ceux d’un homme et une bouche qui parlait avec arrogance » (Dan 7.7 -8).

Selon le prophète Daniel, cet animal sera le dernier royaume établi par les hommes, avant la venue du Messie. Son royaume sera caractérisé par la force. Ce 4ème animal avait 10 cornes, une 11ème corne est sortie et en a arraché trois. Cette dernière corne, l’antichrist, parlera avec arrogance.

Le prophète Daniel désirait savoir ce qui en était de ce quatrième animal, différent de tous les autres. Il en reçoit l’explication. Nous lisons aux versets 23 à 27 :

« Voici ce qu’il m’a dit : La quatrième bête, c’est un quatrième royaume qui existera sur la terre, différent de tous les royaumes. Il dévorera toute la terre, la piétinera et la brisera. Les dix cornes, ce sont dix rois qui surgiront de ce royaume. Un autre surgira après eux. Il sera différent des premiers et abaissera trois rois. Par ses paroles il s’opposera au Très-Haut. Il opprimera les saints du Très-Haut et projettera de changer les temps et la loi. Les saints seront livrés à son pouvoir pendant un temps, deux temps et la moitié d’un temps. Puis le jugement viendra et on lui retirera sa domination: elle sera définitivement détruite et anéantie. Le royaume, la domination et la grandeur de tous les royaumes présents sous le ciel seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Son règne est un règne éternel et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront » (Dan 7.23-27  ; voir aussi Apoc 13.1-10 ).

Ce quatrième animal, mentionné au chapitre 7 de Daniel, est le 4ème empire mondial, l’Empire romain (après Babylone, la Perse et la Grèce).

À la fin des temps, cet Empire réapparaitra sous une nouvelle forme. Il aura dix cornes, donc dix rois – comme dans l’Apocalypse au chapitre 17 – et « une autre petite corne », l’antichrist, le futur chef de l’Empire romain de la fin des temps (Dan 7.7 -8).

Selon l’Apocalypse, ces « dix cornes » sont dix rois, qui recevront autorité comme rois pendant une heure avec la bête (cf. Apoc 17.12-13 ).

Ils feront la guerre contre le Seigneur qui revient. Mais leur défaite sera totale, car Jésus-Christ est « le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois ».

En résumé, la prophétie de Daniel 7 semble indiquer la chronologie suivante :

  • Ce 4ème animal, dans sa forme finale, dévorera « toute la terre », v. 23). Ce sera un gouvernement mondial. Oh, la vanité de l’homme, qui s’imagine qu’en étant unis – le monde devenant un village global – il n’y aura plus de guerre !
  • Une confédération composée de dix nations (dix rois) s’élèveront de ce dernier royaume (v. 24).
  • Un autre roi (« une autre petite corne ») – l’antichrist – s’élèvera après eux, et il en abattra trois. Il blasphèmera Dieu, persécutera les saints, et il règnera de façon absolue durant 3 ½ ans (v. 25 ; cf. Apoc 13.1-10  ; 17.12-13).
  • Puis sa fin arrivera lors de la venue du Messie et il sera jugé.
  • Alors le Seigneur règnera avec les siens sur la terre (v. 27).

Pensez-vous que nous allons trop loin dans l’explication du texte ? Les paroles de Boris Johnson, ancien maire conservateur de Londres, en mai 2016 (donc avant le Brexit), m’ont frappées : « L’Union européenne se comporte comme Adolf Hitler et Napoléon, en essayant de créer un super-Etat, d’unifier l’Europe sous une seule autorité. L’histoire de l’Europe a été marquée depuis 2000 ans par des tentatives répétées de rassembler le continent sous un seul et unique gouvernement, comme pour imiter l’Empire romain. Napoléon, Hitler et différentes personnes ont essayé, et la fin a été tragique. Voilà ce que l’Union européenne essaie de faire, en utilisant différentes méthodes. »

Nous arrivons à la fin du chapitre 17, les versets 16 à 18…

LES DIX ROIS ET LA BÊTE ACCOMPLISSENT, MALGRE EUX, LE PLAN DIVIN (v. 16-18)

Versets 16-18 : « Les dix cornes que tu as vues et la bête détesteront la prostituée ; elles la dépouilleront et la mettront à nu, elles mangeront sa chair et la détruiront par le feu. En effet, Dieu leur a mis à coeur de réaliser son propre projet en ayant la même pensée et en donnant leur royauté à la bête jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies. Et la femme que tu as vue, c’est la grande ville qui exerce la royauté sur les rois de la terre. »

La Babylone religieuse (cf. v. 5), cette gigantesque fédération ecclésiastique apostate, laquelle avait cherché des alliances avec le pouvoir civil, sera détruite par cette même puissance politique (v. 16). Quand cela aura-t-il lieu ?

Selon l’Écriture, durant la première moitié des sept ans de la tribulation, la chrétienté apostate, un oecuménisme regroupant toutes les religions, fleurira sur toute la terre.

Mais au milieu de la tribulation, l’antichrist, avec les dix rois, détruira l’église apostate. La haine du pouvoir politique (la bête et les dix rois) envers la fausse église se voit par les termes utilisés : ils la dépouilleront – la mettront à nu – mangeront sa chair – la détruiront par le feu.

Alors, la bête, l’antichrist, prendra les pleins pouvoirs ; il s’autoproclamera Dieu et exigera l’adoration de tous, petits et grands (cf. Apoc 13.8 ). Mais en agissant ainsi, l’antichrist et ses dix alliés ne feront qu’accomplir la volonté de Dieu.

Il y a d’autres exemples dans la Bible de ce principe : rappelez-vous, lorsque l’empereur romain César Auguste a ordonné un recensement de tout l’empire, il n’a fait qu’accomplir les desseins de Dieu. C’est ainsi que Joseph et Marie se sont rendus à Bethléhem, l’endroit précis où devait naître le Messie (cf. Luc 2.1 ).

Il en sera de même pour l’antichrist. Comme le dit le Proverbe : « Le coeur du roi est un simple courant d’eau dans la main de l’Éternel : il l’oriente comme il le désire » (Pr 21.1).

Ne l’oublions jamais : notre Dieu est souverain. Quoi que fasse l’homme, le Très-Haut ne sera jamais pris au dépourvu. Nous pouvons marcher dans la paix, quels que soient les événements qui surgissent sur la terre. Car notre Dieu est souverain.

Conclusion

En étudiant ce chapitre 17 de l’Apocalypse, je réalise que les choses avancent rapidement. Nous sommes bien plus près des événements annoncés, lesquels sont en relation avec le retour du Seigneur.

Combien de temps reste-t-il encore ? Nous ne le savons pas, mais les événements s’accélèrent. Un mot d’ordre : TENONS-NOUS PRÊTS !

C’est ce que le Seigneur dit à ses disciples dans Luc 21  :

« Faites bien attention à vous-mêmes,

  • de peur que votre coeur ne devienne insensible,
  • au milieu des excès du manger et du boire
  • et des soucis de la vie,

et que ce jour ne fonde sur vous à l’improviste.

En effet, il s’abattra comme un piège sur tous les habitants de la terre.

  • Restez donc en éveil, (le chrétien devrait être dans un réveil perpétuel)
  • priez en tout temps, (c’est une priorité absolue : nous devons prendre le temps), afin d’avoir la force d’échapper à tous ces événements à venir et de vous présenter debout devant le Fils de l’homme » (Luc 21 .34-36).

[1]  La bête est à la fois une personne et un empire. Certains considèrent la bête comme un empire, d’autres comme un dirigeant humain, d’où la difficulté d’interprétation.

[2] Apoc 3.5  ; 13.8 ; 17.8 ; 20.12,15 ; 21.27 ; Phil 4.3  ; Luc 10.20 .  René Pache, « Le retour de Jésus-Christ », pages 195-197.

 [3] René Pache, « Le retour de Jésus-Christ », pages 195-197

[4] Consulter le site : Le Parlement de l’Union Européenne/Le nouvel Ordre Mondial.

[5] www.lavideodupape.org

[6] René Pache, page 187.

[7] Tiré de l’article « Europe, où vas-tu ? » de Jean-Pierre Graber, paru dans le revue Promesses de juillet-septembre 2016

Liens Connexes

Prédications Archives ; Série Apocalypse ; étude biblique Apocalypse de l’église AB Renens

Prédication donnée à l’église AB Vevey-Riviera: Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Vevey – La Riviera et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Vous pouvez consultez les versets bibliques dans la Bible Segond , Bible Segond21 (S21) ou la Bible Ostervald.

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en audio / Podcast

Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRSS

Prédicateur: Michel Bohrer