Apocalypse #13: Apocalypse chapitre 7 Les Saints de la grande tribulation

Apocalypse #13: Apocalypse chapitre 7 Les Saints de la grande tribulation

Prédication de Michel Bohrer, 2017_07_30, église AB Vevey

titre: Apocalypse #13: Apocalypse chapitre 7 Les Saints de la grande tribulation , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : Le chapitre 7 de l’Apocalypse est un chapitre différent de ceux que nous avons vu. Il est le premier d’une série, lesquels sont des parenthèses dans le déroulement du livre. Ces chapitres apportent des informations importantes – sur des personnages ou des événements – sans avancer dans la chronologie du livre.

Introduction

Le chapitre 7 de l’Apocalypse est un chapitre différent de ceux que nous avons vu. Il est le premier d’une série, lesquels sont des parenthèses dans le déroulement du livre. Ces chapitres apportent des informations importantes – sur des personnages ou des événements – sans avancer dans la chronologie du livre.

Les parenthèses dans l’Apocalypse (vous pouvez les indiquer dans la marge de votre Bible ; ces repères vous seront utiles) :

  • Chap.   7 :       les 144’000 Juifs scellés et une grande foule de rachetés
  • Chap. 10 :       un ange puissant avec un petit livre
  • Chap. 11 :       (v. 1-14) : les deux témoins
  • Chap. 12 :       Israël et le dragon
  • Chap. 13 :       Les deux bêtes
  • Chap. 14 :
  • L’Agneau avec les 144’000 sur le mont de Sion
  • Trois anges annoncent les jugements de Dieu (le 1er ange avec l’évangile éternel)
  • La moisson et la vendange
  • Chap. 17-18 : la destruction de Babylone

Ainsi, le chapitre 7 nous est présenté comme une parenthèse entre le 6ème sceau (ch. 6) et le 7ème sceau (ch. 8). Rappelez-vous le dernier verset du chapitre 6 : « Car le grand jour de sa colère est venu, et qui peut subsister ? » Le chapitre 7 nous en donne la réponse. Même au temps de la colère divine, Dieu se souvient de ses compassions.

Cela a été la prière du prophète Habakuk : « Éternel, j’ai entendu ce que tu as annoncé, je suis saisi de crainte. Accomplis ton œuvre dans le cours des années, ô Éternel ! Dans le cours des années manifeste-la ! Mais dans ta colère souviens-toi de tes compassions » (Hab 3.2 ).

C’est ce que Dieu a fait à plusieurs reprises :

  • Avant que Dieu ne détruise la terre par le déluge, il a mis à l’abri dans l’arche Noé et les siens.
  • Avant qu’il ne détruise Sodome, Dieu a épargné Lot : « Hâte-toi de t’y réfugier, car je ne puis rien faire jusqu’à ce que tu y sois arrivé (une petite ville) » (Gen 19.22 ).

Ainsi, au chapitre 7 de l’Apocalypse, Dieu suspend le jugement, afin de marquer de son sceau les serviteurs de Dieu.

Le ministère des quatre anges et d’un cinquième (versets 1-3)

« Après cela, je vis quatre anges debout aux quatre coins de la terre. Ils retenaient les quatre vents de la terre afin qu’il ne souffle pas de vent, ni sur la terre, ni sur la mer, ni sur aucun arbre. Et je vis un autre ange qui montait du côté du soleil levant et qui tenait le sceau du Dieu vivant. Il cria d’une voix forte aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de faire du mal à la terre et à la mer : « Ne faites pas de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, avant que nous ayons marqué d’une empreinte le front des serviteurs de notre Dieu ».

  1. Les quatre anges

L’apôtre Jean voit quatre anges debout « aux quatre coins de la terre », c’est-à-dire au nord, au sud, à l’est et à l’ouest. Dieu contrôle non seulement les vents, mais toute la création. Comme le souligne le psalmiste dans le Psaume 148 , « sa majesté domine la terre et le ciel » (v. 13). Dieu est souverain, non seulement sur la terre, mais sur tout l’univers. Alors que nous entrons – avec l’Apocalypse – dans le temps de la Tribulation, Dieu prend désormais la direction de toutes choses.

Pouvez-vous imaginer l’effet de l’absence totale du vent sur la terre ? Pourquoi les 4 anges retiennent-ils tout vent sur la planète ? La réponse est au verset 3. Nous avons ici, d’une manière frappante, le calme avant la tempête (chapitre 8 : les quatre premières  trompettes).

  • Un cinquième ange

Au verset 2, un 5ème ange apparaît, apparemment d’un rang supérieur : il demande aux 4 anges de suspendre le jugement pour un temps. La raison : marquer d’une empreinte les « serviteurs de notre Dieu » (v. 3). Ceux-ci seront décrits dans le paragraphe suivant. Pourquoi Dieu ferait-il du mal à la terre ?Peut-être pour amener les hommes à réfléchir et à se repentir.

Le fait de marquer une personne d’un sceau est important. Un sceau indique appartenance et sécurité. Nous aussi, nous avons été scellés, mais notre sceau est différent. Durant l’économie de l’Église, toute personne qui place sa confiance en Jésus-Christ est scellée par le Saint-Esprit. Comme l’indique Éphésiens 4.30, il est scellé « pour le jour de la rédemption ». Cela signifie qu’il appartient à Dieu et qu’il est souverainement gardé pour le jour où Jésus-Christ reviendra pour enlever son Église.

Pourquoi les témoins du chapitre 7 doivent-ils être scellés ?(Rappel : les chrétiens le sont d’office au moment de la conversion). Ici, le sceau est particulier. Ces serviteurs de Dieu seront gardés physiquement de leurs ennemis alors qu’ils accomplissent leur tâche pour Dieu.

Ce sceau souligne la sévérité des jugements qui s’apprêtent à s’abattre sur la terre. Sans ce sceau, ils ne survivraient pas aux calamités de la grande tribulation.

Lisons ce que dit le Seigneur de ce temps à venir (Mat 24.21-22 ) : « Car alors la détresse sera si grande qu’il n’y en a pas eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent (cf. Dan 12.1 ) et qu’il n’y en aura jamais plus. Et si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais à cause des élus, ces jours seront abrégés. »

144 Juifs scellées (versets 4 – 8)

« Puis j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués de cette empreinte. Ils étaient 144’000, de toutes les tribus d’Israël : de la tribu de Juda, 12’000 marqués de cette empreinte ; de la tribu de Ruben, 12’000 ; de la tribu de Gad, 12’000 ; de la tribu d’Aser, 12’000 ; de la tribu de Nephthali, 12’000 ; de la tribu de Manassé, 12’000 ; de la tribu de Siméon, 12’000 ; de la tribu de Lévi, 12 ’000 ; de la tribu d’Issacar, 12’000 ; de la tribu de Zabulon, 12’000 ; de la tribu de Joseph, 12 ’000 ; de la tribu de Benjamin, 12’000, tous marqués de cette empreinte »

Quelles sont les personnes marquées du sceau de Dieu ?

  1. Le terme « Israël »

Il n’est parlé ni de chrétiens, ni de l’Église de Jésus-Christ. Qui seront les serviteurs de Dieu en ce temps-là ? « 144’000, de toutes les tribus d’Israël ».

Pour qu’il n’y ait aucun doute qu’il s’agit bien d’Israël, du peuple juif, l’Écriture mentionne explicitement les 12 tribus d’Israël. Le fait que la Bible mentionne spécifiquement les 12 tribus d’Israël est l’évidence que le terme « Israël » est toujours utilisé dans l’Écriture pour désigner les descendants de Jacob, lequel a reçu de Dieu le nom « Israël ». Galates 6.16 ne déroge pas à la règle.

Même Charles Hodge, théologien postmillénariste du 19ème siècle, ou Hendriksen, amillénariste du 20ème siècle, prennent ce passage de façon littérale. Pour savoir qui est inclus dans le terme « Israël », il suffit d’une bonne exégèse et de considérer comment la Bible emploie ce terme.

Dites-moi : ne serait-ce pas aller à l’encontre de toute exégèse normale en divisant les saints de l’Église de Jésus-Christ en 12 tribus ? La remarque d’un pasteur luthérien du 19ème siècle, Joseph A. Seiss, est pertinente : « Dans le domaine d’une sainte herméneutique, il n’y a pas de procédé qui mette un tel voile sur les Écritures et qui ébranle la foi des hommes, que cette tentative constante de lire « Église » pour « Israël ».

Le grand danger est d’imposer à la Bible sa pensée théologique, plutôt que de laisser l’Ecriture façonner notre pensée théologique. Il est sage de se rappeler une règle d’interprétation essentielle : « Quand le sens de l’Écriture est évident, ne cherchez pas un autre sens ; ainsi donc, prenez chaque mot selon sa signification première, ordinaire, littérale, à moins que les faits du contexte indiquent clairement autrement. »[1]

Dans le texte ici, l’expression répétée à douze reprises, « de la tribu de… 12’000 », ne permet aucune autre conclusion. Quant au chiffre 12’000, il n’est pas symbolique (comme les autres chiffres dans l’Écriture).

  • La liste des 12 tribus

Dans cette liste, Éphraïm (fils cadet de Joseph) n’est pas mentionné (à sa place, Joseph, son père, l’est). De même, la tribu de Dan est absente (Lévi prend sa place). Une explication est que la tribu de Dan a été l’une des premières à tomber dans l’idolâtrie.

Mais à la fin, la grâce triomphe, Lors du rétablissement futur d’Israël dans son pays, au retour du Messie, ces deux tribus recevront leur part de la terre en héritage (Éz 48.1-7 ).

Mais la chose essentielle à se rappeler est que le peuple d’Israël est composé de 12 tribus. Et même si la majorité des Juifs aujourd’hui ne savent pas à quelle tribu ils appartiennent, cela ne pose aucun problème pour Dieu.

Ces Juifs seront sauvés au début de la Tribulation mondiale. Et Dieu les préservera durant les 7 ans que durera la Tribulation. Nous les voyons au chapitre 14 (un chapitre qui constitue une parenthèse), où ils sont avec l’Agneau sur la montagne de Sion. Cette scène aura lieu lorsque le Seigneur reviendra sur terre pour établir son royaume.

  • L’histoire d’Israël en trois mots[2]

Son passé :

            Choisi (Deut 7.6-8 a ; 14.2) : « L’Éternel t’a choisi » (Deut 14.2 )

  • Pour être un témoin du Dieu unique (De 6.4-5)
  • Pour être le gardien des Ecritures (Ro 3.1-2)
  • Pour susciter le Messie (Ro 9.5)

Sa condition actuelle :

            Désolé (Mat 23.37-39 ) : « Voici, votre maison vous sera laissée déserte » (Mat 23.38 )

Son avenir :

Restauré (Rom 11.11-15 ) : « Que sera leur réintégration, sinon le passage de la mort à la vie ? » (Rom 11.15 )

Une foule immense provenant de toute nation (versets 9-12)

« Après cela, je regardai et je vis une foule immense que personne ne pouvait compter. C’étaient des hommes de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. Ils se tenaient debout devant le trône et devant l’Agneau, habillés de robes blanches, des feuilles de palmiers à la main, et ils criaient d’une voix forte : « Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône et à l’Agneau. »  Tous les anges qui se tenaient autour du trône, des anciens et des quatre êtres vivants se prosternèrent, le visage contre terre, devant le trône et ils adorèrent Dieu en disant : « Amen ! La louange, la gloire, la sagesse, la reconnaissance, l’honneur, la puissance et la force sont à notre Dieu, aux siècles des siècles ! Amen ! »

  1. Une foule immense

Quel contraste entre cette foule et les 144’000 !

Leur nombre :

  • Le 1er groupe comprend un nombre bien défini : 144’000.
  • Le second comprend « une foule immense que personne ne pouvait compter ».

Leur nationalité :

  • Le 1er groupe, les 144’000, sont tous israélites.
  • Le second est composé « de toute nation, tribu, peuple et langue ». D’autres Juifs, à part les 144’000, y sont inclus.

Leur condition :

  • Le 1er groupe est sur la terre, avant que ne commencent les afflictions de la Tribulation.
  • Le second se trouve au ciel, « devant le trône et devant l’Agneau ». Leurs « robes blanches » indiquent la justice de Christ dont ils ont été revêtus. Les « feuilles de palmiers » soulignent la joie des rachetés (cf. >Jean 12.13 ).

Que proclament-ils ? « Le salut ».

Cette multitude rend gloire à Dieu et à l’Agneau en ces termes : « Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône et à l’Agneau » (v. 10). Ils louent Dieu et l’Agneau pour leur salut.

Beaucoup ne voient dans l’Apocalypse qu’un livre de jugements. Si jugement il y a, il y a avant tout « le salut ». Comme nous le verrons, le plus grand réveil de l’histoire humaine aura lieu durant la tribulation mondiale.

Nous aussi, nous pouvons proclamer :« Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône et à l’Agneau ». Dieu est assis sur le trône : il est souverain sur tout l’univers. Jésus-Christ, qui est mort et ressuscité, est assis aujourd’hui sur le trône de son Père, à sa droite. Il a déclaré : « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre » (Mat 28.18 ). Et son mot d’ordre est : « Allez, faites de toutes les nations des disciples » (v. 19). OUI, « le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône et à l’Agneau ».

Pour notre réflexion : Jean a vu « une foule immense … de toute nation, tribu, peuple et langue ». Cela signifie que durant la grande tribulation, « l’évangile du royaume » (Mat 24.14 ) sera prêché dans le monde entier. Cela nous donne à réfléchir… Les 144’000 durant la tribulation accompliront en 7 ans, ce que l’Église n’a pas réussi à faire durant près de 2’000 ans. Soyons conscients que nous n’atteignons que peu de gens avec l’Évangile.

  • Les anges

« Tous les anges » se prosternent devant le trône. Ils adorent Dieu en disant : « Amen ! »

La louange, la gloire, la sagesse, la reconnaissance, l’honneur, la puissance et la force sont à notre Dieu, aux siècles des siècles ! Amen ! » (v. 12).

Les anges adorent Dieu pour ses attributs, comme ils l’ont fait pour l’Agneau au chapitre 5 (v. 12). Voilà ce qui caractérise la personne de Dieu. Quel impact ces attributs de Dieu ont-ils dans ma vie ? (la louange – la sagesse – la reconnaissance – l’honneur…).

Avez-vous remarqué ? La louange des anges est différente de celle des rachetés. Alors que le rachetés louent Dieu et l’Agneau pour leur salut, les anges louent Dieu pour ce qu’il est, pas pour le salut. Pourquoi ? Les anges sont des créatures sans péché, ils ne sont pas des êtres rachetés.

Quelle est la place de l’adoration dans votre vie ? Prenez-vous plus de temps avec votre smart phone qu’à vous placer devant le Seigneur, dans l’adoration ?Adorer Dieu, c’est me placer devant lui, prendre le temps de comprendre Qui Il est, et en réponse Lui remettre ma vie entière.

L’identité de cette foule immense (versets 13-17)

« L’un des anciens prit la parole et me dit : « Ceux qui sont habillés d’une robe blanche, qui sont-ils et d’où sont-ils venus ? » Je lui répondis : « Seigneur, tu le sais. » Il me dit alors : « Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation. Ils ont lavé leur robe, ils l’ont blanchie dans le sang de l’Agneau. C’est pourquoi ils se tiennent devant le trône de Dieu et le servent jour et nuit dans son temple. Celui qui est assis sur le trône les abritera sous sa tente. Ils n’auront plus faim, ils n’auront plus soif, le soleil ne les frappera plus, ni aucune chaleur brûlante (citation d’Ésaïe 49.10 ). En effet, l’Agneau qui est au milieu du trône prendra soin d’eux et les conduira aux sources des eaux de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ».

  1. La question posée et la perplexité de Jean

Peut-être que l’apôtre Jean était perplexe quant à l’identité de cette « foule immense ». Et l’un des anciens lui pose la question : « … qui sont-ils et d’où sont-ils venus ? » Jean n’en a aucune idée. Un commentateur a dit : « Quand nous sommes confrontés à un mystère insoluble, comme il est réconfortant de pouvoir affirmer par la foi : « Seigneur, tu le sais » (F.B. Meyer).

Jean reçoit une réponse précise : « Ce sont ceux qui viennent de la tribulation, la grande… » (trad. littérale). Cette terminologie indique qu’il s’agit d’une période unique dans l’histoire.

Le Seigneur en a parlé dans Matthieu 24 . Rappelons que l’Église ne se trouve pas dans ce chapitre. Les chapitres 24 et 25 ne traitent pas du cours de cet âge (l’Église), mais de son terme, en rapport avec la venue en gloire du Seigneur (il est parlé du lieu saint, du temple à Jérusalem, de personnes en Judée, du sabbat). Dans Matthieu 24 , la question des disciples concernait la venue du Messie pour régner. Leur champ de vision ne comprenait pas l’Eglise ou son enlèvement.

Un verset en rapport avec Apocalypse 7 est Matthieu 24 . 14 : « Cette bonne nouvelle du royaume sera proclamée dans le monde entier pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin ». La terminologie est importante, « la bonne nouvelle du royaume » : celle du retour de Christ pour établir son règne de paix sur la terre.

La pensée est souvent avancée que l’enlèvement de l’Église ne peut pas avoir lieu avant que l’évangile ne soit proclamé à toutes les nations. Selon cette pensée, Christ ne pourrait pas venir pour son Eglise, tant que certaines ethnies n’ont pas entendu la bonne nouvelle.

Mais cette pensée relève d’une compréhension erronée de Matthieu 24 . 14. Car, répétons-le, ce verset ne se réfère pas à l’Église – laquelle est absente dans Matthieu 24 et 25 – mais aux témoins que Dieu aura choisis et scellés durant la Tribulation.

Ces saints martyrs de la Tribulation ont « ont lavé leur robe, ils l’ont blanchie dans le sang de l’Agneau » (v. 14). Normalement, on ne peut rien blanchir avec du sang. Mais la seule façon dont les péchés peuvent être lavés est par le sang précieux de Jésus-Christ. « S’il n’y a pas de sang versé, il n’y a pas de pardon » (Héb 9.27 ).

Rappelez-vous la Pâque et les enfants d’Israël : « Je verrai le sang et je passerai par-dessus vous. Il n’y aura pas de fléau qui vous détruise quand je frapperai l’Égypte » (Ex 12.13 ).

Le sang de Christ est le seul agent qui purifie de tout péché.

  • La bénédiction des martyrs dans la présence du Seigneur

Les versets 15 à 17 offrent la plus belle conclusion à ce chapitre.

  • Un endroit parfait : « Ils sont devant le trône de Dieu ».
  • Un service parfait : « Ils le servent jour et nuit dans son temple ».
  • Une protection parfaite : « Celui qui est assis sur le trône les abritera sous sa tente ». Ces saints de la grande tribulation auront beaucoup souffert de la faim, de la soif et de la chaleur du soleil, alors qu’ils avaient dû vivre cachés de l’antichrist et de ses armées (Apoc 13.17  : « Personne ne pouvait acheter ni vendre sans avoir la marque, c’est-à-dire le nom de la bête ou le nombre de son nom »).
  • Une conduite parfaite : « L’Agneau… prendra soin d’eux et les conduira aux sources des eaux de la vie… ».
  • Une joie parfaite : « … et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux ».

Conclusion

Il n’y a pas de plus belle conclusion à ce chapitre 7 de l’Apocalypse :

« L’Agneau qui est au milieu du trône prendra soin d’eux et les conduira aux sources des eaux de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux » (verset 17)


[1] « The God of Israël », David L. Cooper, Los Angeles : The Biblical Research Society, 1945

[2] Tiré et adapté de : « La prophétie biblique » cours biblique par correspondance (École par Correspondance Emmaüs), C. Ernest Tatham, 1972

Liens Connexes

Prédications Archives ; Série Apocalypse ; étude biblique Apocalypse de l’église AB Lausanne-Renens

Prédication donnée à l’église AB Vevey-Riviera: Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Vevey – La Riviera et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Vous pouvez consultez les versets bibliques dans la Bible Segond , Bible Segond21 (S21) ou la Bible Ostervald.

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en audio / Podcast

Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRSS

Prédicateur: Michel Bohrer