Apocalypse #7: Apocalypse 3.7-13 PHILADELPHIE : L’ÉGLISE FIDELE AU SEIGNEUR ET À SA PAROLE

Apocalypse #7: Apocalypse 3 .7-13 PHILADELPHIE : L’ÉGLISE FIDELE AU SEIGNEUR ET À SA PAROLE

Prédication de Michel Bohrer, 2016_04_15, église AB Vevey

titre: Apocalypse #7: Apocalypse 3.7-13 PHILADELPHIE : L’ÉGLISE FIDELE AU SEIGNEUR ET À SA PAROLE , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé : Le message adressé à l’église de Philadelphie est l’un des plus beaux des 7 messages adressés aux 7 églises. Nous trouvons ici une église qui est fidèle au Seigneur et à sa Parole. Le nom de la ville Philadelphie ne vient pas de la Bible ; elle a été nommée après un roi de Pergame, Attalus Philadelphus, qui a construit la ville. La ville était connue pour son agriculture, surtout ses vignes. Philadelphie se situait à environ 45 km au sud-est de Sardes. Elle a été à plusieurs reprises la proie de tremblements de terre, le dernier en l’an 17 de notre ère.

Lecture : Apocalypse 3 .7-13

7 « Écris à l’ange de l’église de Philadelphie : Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clé de David, celui qui ouvre et personne ne pourra fermer, celui qui ferme et personne ne pourra ouvrir :

8 Je connais tes œuvres. Voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte que personne ne peut refermer, parce que tu as (un) peu de puissance et que tu as gardé ma parole sans renier mon nom.

9 Je te donne des membres de la synagogue de Satan qui se prétendent juifs sans l’être et qui mentent. Je les ferai venir se prosterner à tes pieds et reconnaître que je t’ai aimé.

10 Parce que tu as gardé mon ordre de persévérer, je te garderai aussi à (lit. « hors de ») l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier pour mettre à l’épreuve les habitants de la terre.

11 Je viens bientôt. Tiens ferme ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne.

12 Du vainqueur je ferai un pilier dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus jamais. J’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, celui de la ville de mon Dieu, la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel, d’auprès de mon Dieu, ainsi que mon nom nouveau.

13 Que celui qui a des oreilles écoute ce que l’Esprit dit aux Églises. »

Introduction

Le message adressé à l’église de Philadelphie est l’un des plus beaux des 7 messages adressés aux 7 églises. Nous trouvons ici une église qui est fidèle au Seigneur et à sa Parole.

Le nom de la ville Philadelphie ne vient pas de la Bible ; elle a été nommée après un roi de Pergame, Attalus Philadelphus, qui a construit la ville. La ville était connue pour son agriculture, surtout ses vignes.

Philadelphie se situait à environ 45 km au sud-est de Sardes. Elle a été à plusieurs reprises la proie de tremblements de terre, le dernier en l’an 17 de notre ère.

Le terme « Philadelphie » signifie « amour fraternel ». Nous trouvons ce terme 7 fois dans le N.T. (Rom 12 .10 ; 1 Thes 4.9  ; Héb 13 .1 ; 1 Pi 1.22 ; 2 Pi 1.7a et b ; Apoc 3 .7).

  • Dans Romains 12.10 , Paul nous encourage à pratiquer l’amour fraternel : « Par amour fraternel soyez pleins d’affection les uns pour les autres et rivalisez d’estime réciproque ».
  • Quant à l’apôtre Pierre, il nous exhorte par ces mots « Vous avez purifié votre âme en obéissant à la vérité pour avoir un amour fraternel sincère ; aimez-vous donc ardemment les uns les autres d’un cœur pur » (1 Pi 1.22).

Historiquement, l’église de Philadelphie représente toutes les églises dans le monde, quelles que soient leur dénomination, qui ont été et qui sont fidèles à Jésus-Christ et à sa Parole.

Elle représente particulièrement l’Église missionnaire à partir du 19ème siècle, qui a été fidèle à la Parole et à sa vocation (« vous serez mes témoins… ».

  1. La description du  Seigneur (verset 7)

Verset 7 : « Voici ce que dit le Saint, le Véritable, celui qui a la clé de David, celui qui ouvre et personne ne pourra fermer, celui qui ferme et personne ne pourra ouvrir ».

  1. Le Saint

Nous avons peut-être de la peine à comprendre la sainteté à sa juste valeur, parce que nous sommes nés pécheurs, que nous péchons chaque jour, et que nous sommes sans cesse environnés par la réalité du péché.

Nous avons besoin, à l’instar du prophète Ésaïe, d’être confrontés au Dieu trois fois saint. Alors nous pouvons découvrir notre état et crier à Dieu.

Alors que le prophète a vu le Seigneur sur son trône, et qu’il a entendu les séraphins s’écrier « Saint, saint, saint est l’Éternel, le maître de l’univers ! Sa gloire remplit toute la terre ! », il a confessé : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures et mes yeux ont vu le roi, l’Éternel, le maître de l’univers ! » (lire És 6.1-7).

Nous devons prendre conscience de la sainteté absolue de Christ. Il nous invite à marcher avec lui, dans Sa sainteté. Cela signifie que nous aurons besoin sans cesse d’être purifiés, de nous séparer du mal et de refuser tout compromis avec le monde.

Combien nous avons besoin du Sauveur : « C’est bien un tel grand-prêtre qu’il nous fallait : saint, irréprochable, sans souillure, séparé des pécheurs et plus élevé que le ciel » (Héb 8 .26).

Toute personne qui a reçu Jésus-Christ dans sa vie partage désormais la même nature que Lui : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Cor 5 .17).

L’application est évidente : « … Puisque celui qui vous a appelés est saint, vous aussi soyez saints dans toute votre conduite » (1 Pi 1.15).

  • Le Véritable (grec aléthinos)

Tout ce qu’il est, ce qu’il dit et ce qu’il fait, est véritable. Il est la vérité (Jean 14 .6). Étant l’Auteur de la vérité, il est à l’opposé de tout ce qui est erreur et fausse doctrine.

Au chapitre 22, nous lisons : « Ces paroles sont dignes de confiance et vraies (même terme) ; et le Seigneur, le Dieu de l’esprit des prophètes, a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs ce qui doit arriver bientôt » (Apoc 22 .6).

Vous pouvez compter sur le Seigneur, il est vrai. Vous pouvez prendre ses paroles à cœur, elles sont véritables. Et nous, sommes-nous vrais, authentiques ? Les autres peuvent-ils compter sur nous ?

« Mais nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu et nous a donné l’intelligence pour connaître le vrai (Dieu) (même terme) ; et nous sommes unis au vrai (Dieu) (même terme), si nous sommes unis à son Fils Jésus-Christ. C’est lui qui est le vrai Dieu (même terme) et la vie éternelle » (1> Jean 5 .20).

  • Celui qui a la clé de David

Cette déclaration nous renvoie à Ésaïe 22 .22. Parlant d’Éliakim, l’Éternel dit : « Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David : quand il ouvrira, personne ne pourra fermer, et quand il fermera, personne ne pourra ouvrir. »

Éliakim avait la clé de la maison de David. Il avait donc accès à tous les trésors du roi. Lorsque Jésus reprend ces paroles, il déclare à l’église de Philadelphie qu’il a le pouvoir d’ouvrir et de fermer selon sa volonté souveraine.

Dans la Bible, la clé est un symbole d’autorité. Jésus-Christ est souverain sur tout l’univers.

Le Seigneur est souverain sur le programme de l’Église, depuis son début à la pentecôte jusqu’à l’enlèvement. Il le dit par ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre. Allez, faites de toutes les nations des disciples… » (Mat 28 .18-20).

II. L’évaluation du Seigneur (versets 8-9)

Verset 8 : « Je connais tes œuvres. Voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte que personne ne peut refermer, parce que tu as un peu de puissance et que tu as gardé ma parole et que tu n’as pas renié mon nom ».

Ce verset décrit de façon admirable cette église. Bien qu’ayant peu de force (grec « mikros ») – étant faible humainement – elle se confiait dans le Seigneur et dans l’autorité de sa Parole. Le Seigneur met l’accent, non pas sur ce qu’ils font, mais sur ce qu’ils sont, sur la place qu’il occupe dans leurs cœurs.

Comme vous le constatez, le Seigneur ne fait aucun reproche à son église à Philadelphie.

Le Seigneur connaissait parfaitement le témoignage de cette église dans la ville de Philadelphie. Son témoignage a continué au cours des siècles, apparemment jusqu’au 13e siècle, lorsque les Turcs sont venus et ont tués les chrétiens.

« Voici, j’ai mis devant toi une porte ouverte que personne ne peut refermer ». Cette expression est souvent comprise dans le sens que le Seigneur a ouvert à l’église une porte d’opportunité pour témoigner et proclamer la Parole de Dieu.

Nous pouvons être découragés face à une porte qui reste fermée. De plus, l’ennemi en profite pour chuchoter à notre oreille : « ça n’ira pas… ». Mais le Seigneur nous encourage à lever les yeux et à regarder à Celui qui est souverain. C’est Lui qui ouvre ou ferme les portes. Et il nous dit ce matin : « J’ai mis devant toi une porte ouverte… »

C’est aussi lui qui a dit : « Je bâtirai mon Église… » (Mat 16 .18).

C’est encore lui qui nous dit : « Faites de toutes les nations des disciples… » (Mat 28 .19).

Alors que l’apôtre Paul était à Ephèse, il a écrit ces mots à l’église de Corinthe : « Car une porte m’y est largement ouverte pour un travail efficace, et les adversaires sont nombreux » (1 Cor 16 .9). Plutôt que de nous lamenter sur une porte fermée, portons nos regards sur la porte que le Seigneur veut nous ouvrir et allons de l’avant !

Le Seigneur donne à l’église de Philadelphie trois raisons pour lesquelles il a mis devant eux une porte ouverte :

  1. « Tu as un peu de puissance »

Ce n’est pas une critique. Une église peut être limitée en nombre et en force, mais pour le Seigneur ce n’est pas un problème. Vous pouvez être faible – et expérimenter la force du Seigneur dans votre vie. Cela a été l’expérience de l’apôtre Paul. Alors qu’il était handicapé par son écharde, le Seigneur lui a assuré : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse… » (cf. 2 Cor 12 .9-10).

  • « Tu as gardé ma Parole »

Les croyants à Philadelphie avaient gardé la Parole telle qu’ils l’avaient reçue. Ils ne s’étaient pas détournés de la foi, de l’ensemble de la doctrine tenue par l’église apostolique. Ils savaient que la Bible était inspirée, le souffle de Dieu, et qu’elle revêtait donc une entière autorité

Rappelez-vous les paroles du Seigneur : « Si quelqu’un m’aime, il gardera  ma parole et mon Père l’aimera… » (Jean 14 .23).

« Ma Parole » : dans Apocalypse 19 .13, il est dit de Jésus, « son nom est la Parole de Dieu ». Si tu es fidèle à la Parole, tu seras fidèle à la personne de Jésus-Christ.

  • « Tu n’as pas renié mon nom »

Malgré les difficultés, ils étaient restés loyaux à Jésus-Christ. Ils confessaient publiquement son nom. De plus en plus, la chrétienté renie Jésus, autant par l’abandon de sa Parole que par une vie qui se conforme de plus en plus à la société environnante. Dans certaines situations, le croyant peut se retrouver craintif et faire comme s’il ne connaissait pas Jésus. Cela peut être à l’école ou au travail. Par peur des moqueries, on cache sa foi.

Mais quand nous avons compris qui est Jésus, ce qu’il a fait pour nous, nous ne pouvons pas agir ainsi. En plus, il nous a donné « un esprit de force, d’amour et de sagesse » (2 Tim 1 .7).

Au verset 9, le Seigneur ajoute : « Je te donne des membres de la synagogue de Satan qui se prétendent juifs sans l’être et qui mentent. Je les ferai venir se prosterner à tes pieds et reconnaître que je t’ai aimé ».

Comme nous l’avons déjà vu, les plus grands adversaires au début de l’ère chrétienne ont été les Juifs incroyants qui s’opposaient au témoignage de l’évangile. Ici-bas, il y aura toujours opposition au plan de Dieu. Mais un jour, les ennemis devront reconnaître que nous sommes les serviteurs de Dieu.

Question : comment définiriez-vous votre église, à la lumière de celles mentionnées dans l’Apocalypse ?

  • L’église d’Éphèse : l’église du premier amour, avec beaucoup de qualités ; mais elle avait abandonné son premier amour.
  • L’église de Smyrne : l’église persécutée et pauvre ; mais elle est riche aux yeux de Dieu.
  • L’église de Pergame : l’église du compromis (elle tolérait de faux enseignants).
  • L’église de Thyatire : l’église impure (elle laissait une Jézabel enseigner et corrompre les croyants).
  • L’église de Sardes : l’église morte (elle avait une réputation d’être vivante).
  • La promesse du Seigneur (verset 10)

Verset 10 : « Parce que tu as gardé mon ordre de persévérer, je te garderai aussi à l’heure de la tentation qui va venir sur le monde entier pour mettre à l’épreuve les habitants de la terre ».

Nous touchons ici à un point important qui concerne l’Église de Jésus-Christ. Il y a plusieurs choses à considérer :

  1. Que dit le texte ?
  2. Version anglaise (NIV) : « Since you have kept my command to endure patiently, I will also keep you from the hour of trial that is going to come upon the whole world to test those who live on the earth ».
  3. Version allemande (Schlachter 2000) : « Weil du das Wort vom standhaften Ausharren auf mich bewahrt hast, werde auch ich dich bewahren vor der Stunde der Versuchung, die über den ganzen Erdkreis kommen wird, damit die versucht werden, die auf der Erde wohnen ».
  4. Versions françaises :
    1. Version Segond 21 : « Je te garderai aussi àl’heure de la tentation… ».
    1. Français courant : « Je te garderai de la période de malheur… »
    1. Osterwald : « Je te garderai de l’heure de la tentation… »
    1. TOB : « Parce que tu as gardé ma parole avec persévérance, moi aussi je te garderai de l’heure de l’épreuve, qui va venir sur l’humanité entière, et mettre à l’épreuve les habitants de la terre ».
    1. Darby : « Je te garderai de l’heure de l’épreuve qui va venir sur la terre habitée tout entière, pour éprouver ceux qui habitent sur la terre ».

Question : voyez-vous une différence ?

Selon la traduction de la préposition, le sens de la promesse de Jésus est différent (d’où l’importance d’une bonne traduction).

Texte grec : ὅτι ἐτήρησας τὸν λόγον τῆς ὑπομονῆς μου, κἀγώ σε τηρήσω ἐκ τῆς ὥρας « ek tés horas », « hors de l’heure » τοῦ πειρασμοῦ τῆς μελλούσης ἔρχεσθαι ἐπὶ τῆς οἰκουμένης ὅλης, πειράσαι τοὺς κατοικοῦντας ἐπὶ τῆς γῆς (Apoc 3 .10).

La préposition « ek » signifie « hors de ». Si le Seigneur avait voulu dire « préserver au travers », une autre préposition aurait été employée (par ex., « dia » ou « en »).

  • Que signifie ce verset ?

« Je te garderai de l’heure de l’épreuve qui va venir sur la terre habitée tout entière, pour éprouver ceux qui habitent sur la terre » (version Darby).

  1. La préposition « ek » signifie « hors de ». Si le Seigneur avait voulu dire « préserver au travers », une autre préposition aurait été employée (par ex., « dia » ou « en »).

La préposition grecque « ek » signifie « hors de ».> Jean 17 .15 utilise le même verbe et la même préposition : « Je ne te demande pas de les retirer du monde, mais de les garder du malin » (Col 1 .13) ; « excentré », loin du centre ; « exception », « hors d’une règle » ; « ekklésia » (église), « appelé hors de ».

Un commentateur que j’ai bien connu et beaucoup apprécié écrit ceci (il est pré-millénariste et pré-tribulationniste) : « Nous sommes déjà entrés aujourd’hui dans cette heure de la tentation qui éprouve tous les habitants de la terre ». Nous avons besoin d’une exégèse rigoureuse, basée sur le texte biblique : que dit le texte dans son contexte ?

  • En grec, il y a l’article défini, ce qui implique un temps particulier : « Je te garderai de l’heure de l’épreuve… ». Il est question ici d’une heure et d’une épreuve particulière. Comparez> Jean 16 .33 : « Dans le monde vous avez tribulation… » (trad. lit.). Cette affliction n’est pas tout le temps et ne concerne pas tout le monde, mais avant tout les chrétiens.
  • Cette épreuve va venir sur « la terre habitée tout entière » (Seg. « le monde entier »). Personne n’échappera (ce qui n’est pas le cas dans> Jean 16 .33).

Les chapitres 6 à 19 de l’Apocalypse décrivent ce temps[1].

Conclusion logique : il n’y a qu’une seule manière pour l’Église d’être gardée hors de ce temps : c’est de ne pas être sur terre durant ce temps-là. C’est, je crois, ce que le Seigneur fera en enlevant son Église (1 Thes 4.13-18 ).

Le Seigneur promet à son Église, non seulement la délivrance de l’épreuve en question, mais du temps durant lequel celle-ci aura lieu, « l’heure de la tentation »[2].

À la lumière du contexte de l’Apocalypse, ce que Jésus promet à son Église est l’exemption de ce temps d’épreuve (ch. 6-19). En contraste avec l’Église, les 144’000 Israélites des 12 tribus seront marqués du sceau de Dieu (Apoc 7 .4), avantque ne commence la tribulation mondiale. Ceux-ci traverseront ce temps d’épreuve.

Comme le dit si bien René Pache, « les jugements de la tribulation sont appelés « la colère de l’Agneau » (Apoc 6 .16). Or l’Église n’a pas à redouter cette colère : elle attend Jésus non pas comme son Juge, mais comme son Epoux pour célébrer avec Lui les noces de l’Agneau (Apoc 19 .7-9) »[3].

Verset 11 : Face à une telle promesse, nous voulons prendre à cœur l’exhortation qui suit : « Je viens bientôt. Tiens ferme ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne ».

Le retour prochain du Seigneur doit nous motiver à rester ferme dans la foi et dans notre témoignage pour Jésus. Ne laissons rien, ni personne, ravir notre récompense.

  1. Conclusion (versets 12-13)

Le Seigneur conclut cette magnifique lettre par la plus belle des promesses :

Versets 12-13 : « Du vainqueur je ferai un pilier dans le temple de mon Dieu, et il n’en sortira plus jamais. J’écrirai sur lui le nom de mon Dieu, celui de la ville de mon Dieu, la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel, d’auprès de mon Dieu, ainsi que mon nom nouveau.

Que celui qui a des oreilles écoute ce que l’Esprit dit aux Églises ».

À celui qui vaincra (rappel : ceci est le cas de tout véritable croyant en Jésus-Christ (lire 1> Jean 5 .5), le Seigneur promet :

  1. Il sera un pilier dans le temple de son Dieu, et il n’en sortira plus jamais (selon Apoc 21 .22, le temple, c’est Dieu lui-même et l’Agneau). Notre résidence sera auprès de Dieu, pour toujours.
  2. Une identification totale à Dieu :
  3. Le Seigneur écrira sur lui le nom de son Dieu ;
  4. Il écrira sur lui le nom de la ville de son Dieu, la nouvelle Jérusalem ;
  5. Et il écrira sur lui son nom nouveau.

Lorsqu’une personne se convertit, ou lors de son baptême – qui est un témoignage de sa nouvelle naissance – nous citons souvent ce verset : « Si quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (2 Cor 5 .17).

Nous en voyons l’aboutissement dans l’Apocalypse. Le croyant sera pleinement identifié au Père, au Fils, ainsi qu’à la nouvelle Jérusalem.

Tout ce que nous pouvons dire, face à une telle promesse, est : « Gloire à Dieu ! » ; et nous voulons vivre pour Celui qui s’est donné pour nous. Amen.


[1] L’usage du verbe « ceux qui habitent » sur la terre (Seg. « les habitants » ; grec katoikeô) : 2.13 ; 3.10 ; 6.10 ; 8.13 ; 11.10 ; 13.8,12,14 ; 17.2,8. Remarque : les chrétiens sont « citoyens des cieux » (Phil 3.20 ).

[2] Les termes « tentation, épreuve » et « tribulation » sont équivalents (cf. Luc 8.13 avec Mat 13.21 et Marc 4.17 )

[3] René Pache, « Le retour de Jésus-Christ », Éd. Emmaüs, page 104.

Liens Connexes

Prédications Archives ; Série Apocalypse ; étude biblique Apocalypse de l’église AB Lausanne-Renens

Prédication donnée à l’église AB Vevey-Riviera: Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Vevey – La Riviera et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Vous pouvez consultez les versets bibliques dans la Bible Segond , Bible Segond21 (S21) ou la Bible Ostervald.

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en format Podcast sur Spotify

Prédicateur: Michel Bohrer