Apocalypse #10: Apocalypse chapitre 5 Gloire à l’agneau

Apocalypse #10: Apocalypse chapitre 5 Gloire à l’agneau

Prédication de Michel Bohrer, 2016_11_18, église AB Vevey

titre: Apocalypse #10: Apocalypse chapitre 5 Gloire à l’agneau , (écoutez/visualiser ci-dessus).

Résumé :

Ma prière est que nous soyons transportés aux portes du ciel, pour contempler Celui qui est mort pour tous les hommes – qui est ressuscité et qui revient.

  1. UNE QUESTION : QUI PEUT OUVRIR LE LIVRE ? (Apoc 5.1-4)

« Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit à l’intérieur et à l’extérieur, fermé grâce à sept sceaux » (v. 1).

« Je vis aussi un ange puissant proclamer d’une voix forte : « Qui est digne d’ouvrir le livre et d’en briser les sceaux ? » (v. 2).

Introduction

Pour beaucoup, le livre de l’Apocalypse, le dernier livre de la Bible, est un livre fermé. Pourtant, comme son nom l’indique – « apocalupsis » – il signifie « révélation ». Les premiers mots du livre de l’Apocalypse sont : « Révélation de Jésus-Christ » (1.1).

Quelques versets plus loin, nous lisons : « … à celui qui nous aime, qui nous a lavés (délivrés) de nos péchés par son sang et qui a fait de nous un royaume, des prêtres pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la domination aux siècles des siècles ! Amen !

Le voici qui vient avec les nuées. Tout œil le verra, même ceux qui l’ont transpercé, et toutes les familles de la terre pleureront amèrement sur lui. Oui. Amen ! Je suis l’Alpha et l’Oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était et qui vient, le Tout-Puissant » (1.5-8).

Avant d’aborder le chapitre 5, il est utile de nous rappeler l’essentiel des chapitres précédents, afin de considérer ce chapitre 5 dans son contexte.

  • Au chapitre premier, Jésus-Christ, ressuscité et glorifié, se révèle à l’apôtre Jean. Bien qu’âgé, Jean a été déporté dans l’île de Patmos, « à cause de la Parole de Dieu et du témoignage de Jésus-Christ. »

Et voilà que Jésus-Christ se révèle à lui. Pour ne citer qu’un élément : « Son visage était comme le soleil lorsqu’il brille dans toute sa force » (Apoc 1.16 ). La réaction de Jean est immédiate : « Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort » (1.17).

Mais Jésus pose sa main sur lui et lui dit : « N’aie pas peur. Je suis le premier et le dernier, le vivant. J’étais mort et voici, je suis vivant aux siècles des siècles. Je détiens les clés de la mort et du séjour des morts. Ecris donc ce que tu as vu, ce qui est et ce qui doit arriver ensuite » (1.18-19).

  • Dans les chapitres 2 et 3, Jésus décrit la condition de sept Églises locales du 1er siècle. Ces sept Églises décrivent les caractéristiques des diverses Eglises locales durant leur histoire, ainsi que le cours de l’Eglise. Car l’Eglise de Jésus-Christ, née à la Pentecôte, ne continuera pas toujours sur terre.

À partir du chapitre 4, tous les événements décrits dans l’Apocalypse sont à venir. Nous sommes présentement dans le temps de l’Église.

  • Au chapitre 4, Jean voit une porte ouverte dans le ciel. Et il entend une voix (celle de Jésus-Christ) qui lui dit : « Monte ici et je te ferai voir ce qui doit arriver par la suite » (4.1). Le premier verset de ce chapitre 4 nous introduit à la cène des chapitres 4 et 5, scène qui se déroule au ciel. Ces deux chapitres ne sont pas simplement un prélude à la tribulation mondiale qui doit venir sur la planète terre. Ils soulignent le droit souverain de Dieu de juger la terre: ce qu’Il va faire à partir du chapitre 6.

Versets 2-3 : « Aussitôt je fus saisi par l’Esprit (lit., « je fus en esprit »). Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu’un était assis. Celui qui était assis avait l’aspect d’une pierre de jaspe et desardoine, et le trône était entouré d’un arc-en-ciel semblable à de l’émeraude ». Les mots ne peuvent pas décrire la Personne de Dieu. L’apôtre le décrit en termes de différentes pierres précieuses[1] :

  • La pierre de jaspe, qui est le diamant : limpide, éclatant, resplendissant, noble, et qui réfléchit les rayons lumineux en un émerveillement de couleurs. Le diamant souligne la majesté et la gloire de Dieu : Dieu est lumière. Quelle gloire éternelle doit être la sienne ! Qui lui est semblable ?
  • La pierre de Sardoine, c’est-à-dire le rubis: de couleur rouge-sang, intense. C’est un rouge absolument unique. Il nous rappelle que Dieu est amour.
  • Un arc-en-ciel semblable à de l’émeraude : son vert est intense et splendide. Sa teinte, à la fois douce et attirante, a une profondeur insondable. Pline a écrit il y a plus de 1’900 ans : « Le vert des émeraudes est le plus beau de tous. Rien n’est aussi bon pour les yeux que cette couleur : elle est bienfaisante et ne fatigue pas. » C’est la couleur de la vie nouvelle et de l’espérance. L’arc-en-ciel nous rappelle la fidélité de Dieu.

La description du trône dans le ciel et de la Personne assise sur le trône souligne la parfaite souveraineté de Dieu.Il est souverain sur tout ce qui se passe sur la terre. C’est lui qui tient le volant. Le Quartier Général de l’univers se trouve au ciel : il n’est ni à Bruxelles, ni à Paris, ni à Londres, à Washington, à Pékin ou ailleurs (cf. Ps 11.4 ).

Que voit l’apôtre Jean ? Un trône dans le ciel, et sur ce trône est assis Dieu le Père. Autour du trône, il voit 24 trônes sur lesquels sont assis « 24 anciens ». Ils sont habillés de vêtements blancs et ils portent des couronnes d’or sur la tête (4.4). Ils représentent les rachetés.

L’apôtre voit également « quatre êtres vivants » : peut-être des séraphins, une classe spéciale d’anges qui proclament la sainteté absolue de Dieu : « Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, celui qui était, qui est et qui vient ! » (4.8).

Mais venons-en au chapitre 5, notre sujet.

Ma prière est que nous soyons transportés aux portes du ciel, pour contempler Celui qui est mort pour tous les hommes – qui est ressuscité et qui revient.

UNE QUESTION : QUI PEUT OUVRIR LE LIVRE ? (Apoc 5.1-4 )

« Puis je vis dans la main droite de celui qui était assis sur le trône un livre écrit à l’intérieur et à l’extérieur, fermé grâce à sept sceaux » (v. 1).

« Je vis aussi un ange puissant proclamer d’une voix forte : « Qui est digne d’ouvrir le livre et d’en briser les sceaux ? » (v. 2).

« Mais personne, ni dans le ciel ni sur la terre ni sous la terre, ne pouvait ouvrir le livre ni le regarder » (v. 3).

« Je pleurais beaucoup parce que personne n’avait été trouvé digne d’ouvrir le livre et de le regarder » (v. 4).

  1. Un livre

Que voit l’apôtre Jean ? Celui qui est assis sur le trône, Dieu le Père. Mais ses yeux sont sur le livre qui est dans Sa main droite. Ce livre était un rouleau, écrit à l’intérieur et à l’extérieur.

Il était scellé à l’aide de 7 sceaux : il fallait rompre chaque sceau successivement pour dérouler le rouleau et lire son contenu.

Vous avez remarqué que ces sceaux sont encore intacts (cette scène dans le ciel est encore à venir) : le temps de la Tribulation mondiale (à partir du chapitre 6) n’a pas encore commencé. Aujourd’hui est encore jour de grâce.

Quel est le contenu de ce livre ? Le chapitre 5 ne le dit pas. Mais quand les sceaux sont ouverts (chapitre 6), les jugements de Dieu sur la terre commencent. Ces jugements précèdent la seconde venue de Jésus-Christ – en puissance et en gloire – sur la terre.

Que signifie tout cela ?

Dieu intervient dans les affaires des hommes. L’homme perd son autorité sur la création ; et Jésus-Christ – à la fois parfaitement Dieu et parfaitement homme – en reprend le contrôle.

Le livre de l’Apocalypse a été appelé « le livre de la rédemption » :

  • Satan a usurpé ce que Dieu avait donné à Adam (lors de la chute d’Adam et d’Eve dans le jardin d’Éden) ;
  • Christ, le Rédempteur, en reprend possession. Voilà une bonne nouvelle !
  • Un problème

Mais il y a un problème de taille : « Qui est digne d’ouvrir le livre et d’en briser les sceaux ? » (v. 2). Une personne est recherchée, dans le ciel, sur la terre… dans tout l’univers. Mais il n’est trouvé personne qui soit capable (qui ait l’autorité) d’ouvrir le livre et d’en briser les sceaux.

Pourquoi n’y a-t-il aucun être humain qui en soit digne ?

La réponse est que l’homme est moralement déchu : « Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu» (Rom 3.23 ) ; la femme prise en flagrant délit d’adultère : « Que celui … qui est sans péché jette le premier la pierre… » (Jean 8.7 ).

Ainsi, tout être humain est disqualifié. Il n’y a aucune exception.

  • La réaction de l’apôtre Jean

L’apôtre Jean pleure beaucoup. Pourquoi pleure-t-il ? Parce qu’apparemment, personne n’a été trouvé pour racheter la terre et ses habitants. Tout va-t-il continuer comme c’est le cas actuellement ? Le mal, la violence, les injustices, la haine, le mépris de la justice…? Cela est impensable.

LA RÉPONSE : L’AGNEAU EST DIGNE D’OUVRIR LE LIVRE (Apoc 5.5-7 )

« Alors l’un des anciens me dit : « Ne pleure pas, car le lion de la tribu de Juda, le rejeton de la racine de David, a vaincu pour ouvrir le livre et ses sept sceaux » (v. 5).

« Puis je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des anciens, un agneau debout comme offert en sacrifice. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre » (v. 6)

« Il vint prendre le livre de la main droite de celui qui était assis sur le trône » (v. 7).

  1. L’Agneau a vaincu (v. 5)

« …Voici, il a vaincu, le lion de la tribu de Juda, le rejeton de la racine de David, pour ouvrir le livre et ses sept sceaux » (v. 5, trad. littérale).

Qui est la Personne qui a vaincu ?

  • C’est « Le lion de la tribu de Juda » : Moïse avait prophétisé que le Messie viendrait de la tribu de Juda et qu’il règnerait sur la terre (Gen 49.9-10 ).
  • « Le rejeton de David » : Jésus-Christ, le Fils de David, a le droit de régner (És 11.1 ).
  • La description de Jésus-Christ, en sa qualité de Roi des rois (v. 6)

« Je vis … un agneau debout comme offert en sacrifice ».

Pourquoi le Lion est-il décrit comme un Agneau ?

Les deux venues du Seigneur sont décrites dans ce passage.

  • Si Jésus-Christ est décrit comme un Lion, c’est parce qu’il revient sur la terre pour régner (le lion est le roi des animaux). Il est le Roi des rois, il a le droit de reprendre possession de la terre et d’instaurer son règne, un règne de justice et de paix.
  • Si l’apôtre Jean voit le Lion comme un Agneau, c’est pour rappeler à tout l’univers sa première venue (il y a 2’000 ans). Il est venu dans l’humilité, pour nous sauver. « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jean 1.29 ).

L’apôtre Jean voit cet Agneau « comme offert en sacrifice » : il a été sacrifié pour vous et pour moi. Comme le dit le prophète Ésaïe :

« Pourtant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé. Et nous, nous l’avons considéré comme puni, frappé par Dieu et humilié. Mais lui, il était blessé à cause de nos transgressions, brisé à cause de nos fautes : la punition qui nous donne la paix est tombée sur lui, et c’est par ses blessures que nous sommes guéris » (És 53.4-6 ).

Cet Agneau est maintenant vivant, au milieu du trône. Mais pour toute l’éternité, il portera les marques de la croix, rappel du prix de notre salut.

« Il avait sept cornes » : une corne est un symbole de puissance (cf. Dan 7.24  ; Apoc 13.1 ). 7 cornes signifient une puissance totale – il est omnipotent.

« Sept yeux » : dénote une connaissance absolue – il est omniscient. Il est ajouté : « qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre » : référence à la plénitude du Saint-Esprit (l’Esprit de l’Éternel = sagesse, intelligence, conseil, force, connaissance, et crainte de l’Éternel).

  • L’agneau prend le livre (v. 7)

Cette action est cruciale ; en recevant le livre, il reçoit « le titre de propriété de la planète terre ». Seul le Père peut le donner ; seul le Fils peut le recevoir. Christ a créé cette terre ; il l’a rachetée, elle lui appartient.

Comme le souligne l’Épître aux Colossiens (Col 1.16-18 ) : « Tout a été créé par Lui et pour Lui. Il existe avant toutes choses et tout subsiste en Lui. Il est la tête du corps qu’est l’Église ; il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin d’être en tout le premier. »

Christ reçoit du Père tout pouvoir. Écoutez les paroles du prophète Daniel (6e siècle av. J.-C.) :

« Pendant que je regardais dans mes visions nocturnes, quelqu’un qui ressemblait à un fils de l’homme est venu avec les nuées du ciel. Il s’est avancé vers l’Ancien des jours et on l’a fait approcher de lui. On lui a donné la domination, la gloire et le règne, et tous les peuples, les nations et les hommes de toute langue l’ont servi. Sa domination est une domination éternelle qui ne cessera pas et son royaume ne sera jamais détruit » (Dan 7.13-14 ).

En résumé, Jésus-Christ n’est pas un usurpateur ; il est l’Héritier légitime (voir Psaume 2 ). Il est digne d’ouvrir le livre et ses sept sceaux.

LE RESULTAT : L’UNIVERS ENTIER ADORE L’AGNEAU DEVENU ROI (Apoc 5.8-14 )

« Quand il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre anciens se prosternèrent devant l’agneau. Chacun tenait une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints » (v. 8).

« Et ils chantaient un cantique nouveau en disant : « Tu es digne de prendre le livre et d’en ouvrir les sceaux, car tu as été offert en sacrifice et tu as racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation » (v. 9).

« Tu as fait d’eux des rois et des prêtres pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre » (v. 10).

  1. Les 4 êtres vivants et les 24 anciens adorent l’Agneau (5.8-10)

Que se passe-t-il lorsque le Seigneur prend le livre ?

  • « Les 4 êtres vivants (une classe spéciale d’anges) et les 24 anciens (les rachetés) se prosternèrent devant l’Agneau ».
  • Les 24 anciens tenaient chacun « une harpe et des coupes d’or remplies de parfums, qui sont les prières des saints ». Nous voyons ici l’importance au ciel des prières des enfants de Dieu sur la terre (cf. 8.3-4). Les prières des saints sont comme un parfum offert devant le trône de Dieu.

David s’adressait ainsi à Dieu : « Que ma prière soit devant ta face comme l’encens, et l’élévation de mes mains comme l’offrande du soir ! » (Ps 141.2 ).

Vos prières ne s’évaporent pas dans l’atmosphère. Elles sont comme un parfum, une offrande devant Dieu. Et Dieu y répond, en son temps, et de la meilleure manière. Si nous avons compris cela, comment pouvons-nous encore nous faire du souci pour tant de choses ?

Hudson Taylor disait :« Remettons à Dieu notre travail, nos plans, nous-mêmes, nos vies, nos bien-aimés, notre influence, notre tout ; alors nous n’aurons plus de souci à nous faire ».

  • Ceux qui ont été rachetés chantaient « un chant nouveau » (v. 9) : « Tu es digne… ». Trois raisons sont données :
  • UN SACRIFICE UNIQUE : « Tu as été offert en sacrifice ». Dieu s’est fait homme pour mourir à notre place, afin de payer pour tous nos péchés.
  • UN RACHAT OFFERT À TOUS : « Tu as racheté pour Dieu par ton sang, des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple et de toute nation ». Christ nous a rachetés par son sang (du marché du péché et de la mort)[2]. Remarquez que la rédemption est mondiale, elle concerne chaque être humain. « Le sang de Christ est suffisant pour tous, mais efficace seulement pour ceux qui croient ».
  • UN RESULTAT GLORIEUX : Le rachat opéré par Jésus est complet. Ecoutez ce qu’il dit : « Tu as fait d’eux des rois et des prêtres pour notre Dieu, et ils régneront sur la terre » (1.5-6 ; 20.6). Jésus a entièrement racheté, ce qu’Adam avait perdu.

Avant la chute, Adam avait la position privilégiée de gérer la planète terre, sous le regard bienveillant de Dieu (tel un roi) et il avait un accès direct à Dieu (tel un prêtre). Le jour vient, où nous retrouverons, ce qu’Adam avait perdu.

Que pouvons-nous dire, sinon accepter ce si grand salut et rendre gloire à Dieu ?

Mais ce n’est pas tout…

  • Des myriades d’anges adorent l’Agneau (5.11-12)

« Je regardai et j’entendis la voix de nombreux anges rassemblés autour du trône, des êtres vivants et des anciens ; ils étaient des myriades de myriades et des milliers de milliers » (v. 11).

« Ils disaient d’une voix forte : « L’Agneau qui a été offert en sacrifice est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire et la louange » (v. 12).

Quelle scène impressionnante ! Il y a plusieurs cercles concentriques : L’Agneau (au milieu du trône) – 4 êtres vivants – 24 anciens – lesquels sont entourés d’une multitude innombrable d’anges. Leur nombre pourrait être plus 100 millions.

Les anges proclament sept attributs de Christ : «la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l’honneur, la gloire et la louange ».

  • Enfin, l’univers entier adore l’Agneau devenu Roi (5.13-14)

« Toutes les créatures qui sont dans le ciel, sur la terre, sous la terre, sur la mer, tous les êtres qui s’y trouvent, je les entendis s’écrier : « A celui qui est assis sur le trône et à l’Agneau soient la louange, l’honneur, la gloire et la domination, aux siècles des siècles ! » (v. 13).

« Les quatre êtres vivants répondaient : « Amen ! » Et les anciens se prosternèrent et adorèrent » (v. 14).

Toutes les créatures de l’univers rendent gloire à Dieu le Père, et à l’Agneau. Jésus-Christ s’est rendu obéissant jusqu’à la mort de la croix. C’est pourquoi, Dieu l’a souverainement élevé et lui a donné un nom au-dessus de tout nom, « afin qu’au nom de Jésus chacun plie le genou dans le ciel, sur la terre et sous la terre et que toute langue reconnaisse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père » (Phil 2.8-11 ).

Joignons nos voix aux millions d’êtres dans le ciel et sur la terre et proclamer : « A celui qui est assis sur le trône et à l’Agneau soient la louange, l’honneur, la gloire et la domination, aux siècles des siècles !» (v. 13).

Conclusion

  1. Le Seigneur, qui est l’objet de l’adoration dans les chapitres 4 et 5, est aussi le juste Juge qui jugera la terre et ses habitants (chapitres 6-19 ; l’homme ne veut pas se repentir … Dieu doit intervenir).

Aujourd’hui est encore le jour de grâce. Vous pouvez répondre à l’invitation du Sauveur (Apoc 3.20 ) là où vous êtes. Et vous passerez l’éternité avec le Seigneur, celui qui vous aime et qui a donné sa vie pour vous. L’Écriture dit : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas votre cœur » (Héb 3.7-8 ).

Connaître l’Agneau qui est mort pour moi, vaut plus que tous les trésors du monde. Et savez-vous quelle est la chose la plus belle, la plus précieuse pour le Fils de Dieu ? Un racheté, purifié par Son sang, et uni à Lui par des liens d’amour éternels[3].

Le Seigneur lui-même dit dans l’Évangile (Luc 15.7 ) : « …Je vous le dis, il y aura plus de joie dans le ciel pour un seul pécheur qui se repent, que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de repentance ». Pouvez-vous imaginer les louanges des anges au ciel le jour où vous avez donné votre vie au Seigneur ? Quel mystère !

  • Vous qui connaissez la tentation, qui passez par des épreuves difficiles, prenez courage ! Notre Seigneur a lui aussi été tenté, il a souffert ; mais il a vaincu.

Nous qui le suivons, nous pouvons connaître beaucoup d’afflictions, mais nous serons un jour avec Lui dans la gloire.


[1] Tiré de « Les pierres précieuses révèlent leur secret », Stichting Evangelie-lektuur, Al Kinderdijk (Pays-Bas)

[2] « Agorazô » : acheter au marché (l’agora).

[3] Tiré de « Les pierres précieuses révèlent leur secret », Stichting Evangelie-lektuur, Al Kinderdijk (Pays-Bas)

Liens Connexes

Prédications Archives ; Série Apocalypse ; étude biblique Apocalypse de l’église AB Lausanne-Renens

Prédication donnée à l’église AB Vevey-Riviera: Les cultes sont aussi diffusées en Streaming, visitez notre chaîne YouTube église AB Vevey – La Riviera et la chaîne YouTube des églises Action Biblique

Vous pouvez consultez les versets bibliques dans la Bible Segond , Bible Segond21 (S21) ou la Bible Ostervald.

Les cultes en format audio ainsi que la Bible Segond 21 sont disponible en audio / Podcast

Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRSS

Prédicateur: Michel Bohrer