Lire / Ecouter la Bible Segond en 6 mois

Liens Connexes : La Bible Segond en 6 mois est disponible pour écouter sur plusieurs platformes en format Podcast : Spotify , Podcast Addict , Amazon/Audible et Google Podcasts. Pour l’écoute du Podcast, nous conseillons l’application Podcast Addict disponible sur la plupart des plateformes mobiles (iPhone/Samsung Android etc).

Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRSS
Lecture du jour 05 May 2022 ; jour précédent - prochain jour ; retour à l'index ;
Job 30 / Segond

1. Et maintenant!... je suis la risée de plus jeunes que moi, De ceux dont je dédaignais de mettre les pères Parmi les chiens de mon troupeau.
2. Mais à quoi me servirait la force de leurs mains? Ils sont incapables d'atteindre la vieillesse.
3. Desséchés par la misère et la faim, Ils fuient dans les lieux arides, Depuis longtemps abandonnés et déserts;
4. Ils arrachent près des arbrisseaux les herbes sauvages, Et ils n'ont pour pain que la racine des genêts.
5. On les chasse du milieu des hommes, On crie après eux comme après des voleurs.
6. Ils habitent dans d'affreuses vallées, Dans les cavernes de la terre et dans les rochers;
7. Ils hurlent parmi les buissons, Ils se rassemblent sous les ronces.
8. Etres vils et méprisés, On les repousse du pays.
9. Et maintenant, je suis l'objet de leurs chansons, Je suis en butte à leurs propos.
10. Ils ont horreur de moi, ils se détournent, Ils me crachent au visage.
11. Ils n'ont plus de retenue et ils m'humilient, Ils rejettent tout frein devant moi.
12. Ces misérables se lèvent à ma droite et me poussent les pieds, Ils se fraient contre moi des sentiers pour ma ruine;
13. Ils détruisent mon propre sentier et travaillent à ma perte, Eux à qui personne ne viendrait en aide;
14. Ils arrivent comme par une large brèche, Ils se précipitent sous les craquements.
15. Les terreurs m'assiègent; Ma gloire est emportée comme par le vent, Mon bonheur a passé comme un nuage.
16. Et maintenant, mon âme s'épanche en mon sein, Les jours de la souffrance m'ont saisi.
17. La nuit me perce et m'arrache les os, La douleur qui me ronge ne se donne aucun repos,
18. Par la violence du mal mon vêtement perd sa forme, Il se colle à mon corps comme ma tunique.
19. Dieu m'a jeté dans la boue, Et je ressemble à la poussière et à la cendre.
20. Je crie vers toi, et tu ne me réponds pas; Je me tiens debout, et tu me lances ton regard.
21. Tu deviens cruel contre moi, Tu me combats avec la force de ta main.
22. Tu me soulèves, tu me fais voler au-dessus du vent, Et tu m'anéantis au bruit de la tempête.
23. Car, je le sais, tu me mènes à la mort, Au rendez-vous de tous les vivants.
24. Mais celui qui va périr n'étend-il pas les mains? Celui qui est dans le malheur n'implore-t-il pas du secours?
25. N'avais-je pas des larmes pour l'infortuné? Mon coeur n'avait-il pas pitié de l'indigent?
26. J'attendais le bonheur, et le malheur est arrivé; J'espérais la lumière, et les ténèbres sont venues.
27. Mes entrailles bouillonnent sans relâche, Les jours de la calamité m'ont surpris.
28. Je marche noirci, mais non par le soleil; Je me lève en pleine assemblée, et je crie.
29. Je suis devenu le frère des chacals, Le compagnon des autruches.
30. Ma peau noircit et tombe, Mes os brûlent et se dessèchent.
31. Ma harpe n'est plus qu'un instrument de deuil, Et mon chalumeau ne peut rendre que des sons plaintifs.
Job 31 / Segond

1. J'avais fait un pacte avec mes yeux, Et je n'aurais pas arrêté mes regards sur une vierge.
2. Quelle part Dieu m'eût-il réservée d'en haut? Quel héritage le Tout-Puissant m'eût-il envoyé des cieux?
3. La ruine n'est-elle pas pour le méchant, Et le malheur pour ceux qui commettent l'iniquité?
4. Dieu n'a-t-il pas connu mes voies? N'a-t-il pas compté tous mes pas?
5. Si j'ai marché dans le mensonge, Si mon pied a couru vers la fraude,
6. Que Dieu me pèse dans des balances justes, Et il reconnaîtra mon intégrité!
7. Si mon pas s'est détourné du droit chemin, Si mon coeur a suivi mes yeux, Si quelque souillure s'est attachée à mes mains,
8. Que je sème et qu'un autre moissonne, Et que mes rejetons soient déracinés!
9. Si mon coeur a été séduit par une femme, Si j'ai fait le guet à la porte de mon prochain,
10. Que ma femme tourne la meule pour un autre, Et que d'autres la déshonorent!
11. Car c'est un crime, Un forfait que punissent les juges;
12. C'est un feu qui dévore jusqu'à la ruine, Et qui aurait détruit toute ma richesse.
13. Si j'ai méprisé le droit de mon serviteur ou de ma servante Lorsqu'ils étaient en contestation avec moi,
14. Qu'ai-je à faire, quand Dieu se lève? Qu'ai-je à répondre, quand il châtie?
15. Celui qui m'a créé dans le ventre de ma mère ne l'a-t-il pas créé? Le même Dieu ne nous a-t-il pas formés dans le sein maternel?
16. Si j'ai refusé aux pauvres ce qu'ils demandaient, Si j'ai fait languir les yeux de la veuve,
17. Si j'ai mangé seul mon pain, Sans que l'orphelin en ait eu sa part,
18. Moi qui l'ai dès ma jeunesse élevé comme un père, Moi qui dès ma naissance ai soutenu la veuve;
19. Si j'ai vu le malheureux manquer de vêtements, L'indigent n'avoir point de couverture,
20. Sans que ses reins m'aient béni, Sans qu'il ait été réchauffé par la toison de mes agneaux;
21. Si j'ai levé la main contre l'orphelin, Parce que je me sentais un appui dans les juges;
22. Que mon épaule se détache de sa jointure, Que mon bras tombe et qu'il se brise!
23. Car les châtiments de Dieu m'épouvantent, Et je ne puis rien devant sa majesté.
24. Si j'ai mis dans l'or ma confiance, Si j'ai dit à l'or: Tu es mon espoir;
25. Si je me suis réjoui de la grandeur de mes biens, De la quantité des richesses que j'avais acquises;
26. Si j'ai regardé le soleil quand il brillait, La lune quand elle s'avançait majestueuse,
27. Et si mon coeur s'est laissé séduire en secret, Si ma main s'est portée sur ma bouche;
28. C'est encore un crime que doivent punir les juges, Et j'aurais renié le Dieu d'en haut!
29. Si j'ai été joyeux du malheur de mon ennemi, Si j'ai sauté d'allégresse quand les revers l'ont atteint,
30. Moi qui n'ai pas permis à ma langue de pécher, De demander sa mort avec imprécation;
31. Si les gens de ma tente ne disaient pas: Où est celui qui n'a pas été rassasié de sa viande?
32. Si l'étranger passait la nuit dehors, Si je n'ouvrais pas ma porte au voyageur;
33. Si, comme les hommes, j'ai caché mes transgressions, Et renfermé mes iniquités dans mon sein,
34. Parce que j'avais peur de la multitude, Parce que je craignais le mépris des familles, Me tenant à l'écart et n'osant franchir ma porte...
35. Oh! qui me fera trouver quelqu'un qui m'écoute? Voilà ma défense toute signée: Que le Tout-Puissant me réponde! Qui me donnera la plainte écrite par mon adversaire?
36. Je porterai son écrit sur mon épaule, Je l'attacherai sur mon front comme une couronne;
37. Je lui rendrai compte de tous mes pas, Je m'approcherai de lui comme un prince.
38. Si ma terre crie contre moi, Et que ses sillons versent des larmes;
39. Si j'en ai mangé le produit sans l'avoir payée, Et que j'aie attristé l'âme de ses anciens maîtres;
40. Qu'il y croisse des épines au lieu de froment, Et de l'ivraie au lieu d'orge! Fin des paroles de Job.
Job 32 / Segond

1. Ces trois hommes cessèrent de répondre à Job, parce qu'il se regardait comme juste.
2. Alors s'enflamma de colère Elihu, fils de Barakeel de Buz, de la famille de Ram. Sa colère s'enflamma contre Job, parce qu'il se disait juste devant Dieu.
3. Et sa colère s'enflamma contre ses trois amis, parce qu'ils ne trouvaient rien à répondre et que néanmoins ils condamnaient Job.
4. Comme ils étaient plus âgés que lui, Elihu avait attendu jusqu'à ce moment pour parler à Job.
5. Mais, voyant qu'il n'y avait plus de réponse dans la bouche de ces trois hommes, Elihu s'enflamma de colère.
6. Et Elihu, fils de Barakeel de Buz, prit la parole et dit: Je suis jeune, et vous êtes des vieillards; C'est pourquoi j'ai craint, j'ai redouté De vous faire connaître mon sentiment.
7. Je disais en moi-même: Les jours parleront, Le grand nombre des années enseignera la sagesse.
8. Mais en réalité, dans l'homme, c'est l'esprit, Le souffle du Tout-Puissant, qui donne l'intelligence;
9. Ce n'est pas l'âge qui procure la sagesse, Ce n'est pas la vieillesse qui rend capable de juger.
10. Voilà pourquoi je dis: Ecoute! Moi aussi, j'exposerai ma pensée.
11. J'ai attendu la fin de vos discours, J'ai suivi vos raisonnements, Votre examen des paroles de Job.
12. Je vous ai donné toute mon attention; Et voici, aucun de vous ne l'a convaincu, Aucun n'a réfuté ses paroles.
13. Ne dites pas cependant: En lui nous avons trouvé la sagesse; C'est Dieu qui peut le confondre, ce n'est pas un homme!
14. Il ne s'est pas adressé directement à moi: Aussi lui répondrai-je tout autrement que vous.
15. Ils ont peur, ils ne répondent plus! Ils ont la parole coupée!
16. J'ai attendu qu'ils eussent fini leurs discours, Qu'ils s'arrêtassent et ne sussent que répliquer.
17. A mon tour, je veux répondre aussi, Je veux dire aussi ce que je pense.
18. Car je suis plein de paroles, L'esprit me presse au dedans de moi;
19. Mon intérieur est comme un vin qui n'a pas d'issue, Comme des outres neuves qui vont éclater.
20. Je parlerai pour respirer à l'aise, J'ouvrirai mes lèvres et je répondrai.
21. Je n'aurai point égard à l'apparence, Et je ne flatterai personne;
22. Car je ne sais pas flatter: Mon créateur m'enlèverait bien vite.
Actes 24 / Segond

1. Cinq jours après, arriva le souverain sacrificateur Ananias, avec des anciens et un orateur nommé Tertulle. Ils portèrent plainte au gouverneur contre Paul.
2. Paul fut appelé, et Tertulle se mit à l'accuser, en ces termes:
3. Très excellent Félix, tu nous fais jouir d'une paix profonde, et cette nation a obtenu de salutaires réformes par tes soins prévoyants; c'est ce que nous reconnaissons en tout et partout avec une entière gratitude.
4. Mais, pour ne pas te retenir davantage, je te prie d'écouter, dans ta bonté, ce que nous avons à dire en peu de mots.
5. Nous avons trouvé cet homme, qui est une peste, qui excite des divisions parmi tous les Juifs du monde, qui est chef de la secte des Nazaréens,
6. et qui même a tenté de profaner le temple. Et nous l'avons arrêté. Nous avons voulu le juger selon notre loi;
7. mais le tribun Lysias étant survenu, l'a arraché de nos mains avec une grande violence,
8. en ordonnant à ses accusateurs de venir devant toi. Tu pourras toi-même, en l'interrogeant, apprendre de lui tout ce dont nous l'accusons.
9. Les Juifs se joignirent à l'accusation, soutenant que les choses étaient ainsi.
10. Après que le gouverneur lui eut fait signe de parler, Paul répondit: Sachant que, depuis plusieurs années, tu es juge de cette nation, c'est avec confiance que je prends la parole pour défendre ma cause.
11. Il n'y a pas plus de douze jours, tu peux t'en assurer, que je suis monté à Jérusalem pour adorer.
12. On ne m'a trouvé ni dans le temple, ni dans les synagogues, ni dans la ville, disputant avec quelqu'un, ou provoquant un rassemblement séditieux de la foule.
13. Et ils ne sauraient prouver ce dont ils m'accusent maintenant.
14. Je t'avoue bien que je sers le Dieu de mes pères selon la voie qu'ils appellent une secte, croyant tout ce qui est écrit dans la loi et dans les prophètes,
15. et ayant en Dieu cette espérance, comme ils l'ont eux-mêmes, qu'il y aura une résurrection des justes et des injustes.
16. C'est pourquoi je m'efforce d'avoir constamment une conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes.
17. Après une absence de plusieurs années, je suis venu pour faire des aumônes à ma nation, et pour présenter des offrandes.
18. C'est alors que quelques Juifs d'Asie m'ont trouvé purifié dans le temple, sans attroupement ni tumulte.
19. C'était à eux de paraître en ta présence et de se porter accusateurs, s'ils avaient quelque chose contre moi.
20. Ou bien, que ceux-ci déclarent de quel crime ils m'ont trouvé coupable, lorsque j'ai comparu devant le sanhédrin,
21. moins que ce ne soit uniquement de ce cri que j'ai fait entendre au milieu d'eux: C'est à cause de la résurrection des morts que je suis aujourd'hui mis en jugement devant vous.
22. Félix, qui savait assez exactement ce qui concernait cette doctrine, les ajourna, en disant: Quand le tribun Lysias sera venu, j'examinerai votre affaire.
23. Et il donna l'ordre au centenier de garder Paul, en lui laissant une certaine liberté, et en n'empêchant aucun des siens de lui rendre des services.
24. Quelques jours après, Félix vint avec Drusille, sa femme, qui était Juive, et il fit appeler Paul. Il l'entendit sur la foi en Christ.
25. Mais, comme Paul discourait sur la justice, sur la tempérance, et sur le jugement à venir, Félix, effrayé, dit: Pour le moment retire-toi; quand j'en trouverai l'occasion, je te rappellerai.
26. Il espérait en même temps que Paul lui donnerait de l'argent; aussi l'envoyait-il chercher assez fréquemment, pour s'entretenir avec lui.
27. Deux ans s'écoulèrent ainsi, et Félix eut pour successeur Porcius Festus. Dans le désir de plaire aux Juifs, Félix laissa Paul en prison.
Actes 25 / Segond

1. Festus, étant arrivé dans la province, monta trois jours après de Césarée à Jérusalem.
2. Les principaux sacrificateurs et les principaux d'entre les Juifs lui portèrent plainte contre Paul. Ils firent des instances auprès de lui, et,
3. dans des vues hostiles, lui demandèrent comme une faveur qu'il le fît venir à Jérusalem. Ils préparaient un guet-apens, pour le tuer en chemin.
4. Festus répondit que Paul était gardé à Césarée, et que lui-même devait partir sous peu.
5. Que les principaux d'entre vous descendent avec moi, dit-il, et s'il y a quelque chose de coupable en cet homme, qu'ils l'accusent.
6. Festus ne passa que huit à dix jours parmi eux, puis il descendit à Césarée. Le lendemain, s'étant assis sur son tribunal, il donna l'ordre qu'on amenât Paul.
7. Quand il fut arrivé, les Juifs qui étaient venus de Jérusalem l'entourèrent, et portèrent contre lui de nombreuses et graves accusations, qu'ils n'étaient pas en état de prouver.
8. Paul entreprit sa défense, en disant: Je n'ai rien fait de coupable, ni contre la loi des Juifs, ni contre le temple, ni contre César.
9. Festus, désirant plaire aux Juifs, répondit à Paul: Veux-tu monter à Jérusalem, et y être jugé sur ces choses en ma présence?
10. Paul dit: C'est devant le tribunal de César que je comparais, c'est là que je dois être jugé. Je n'ai fait aucun tort aux Juifs, comme tu le sais fort bien.
11. Si j'ai commis quelque injustice, ou quelque crime digne de mort, je ne refuse pas de mourir; mais, si les choses dont ils m'accusent sont fausses, personne n'a le droit de me livrer à eux. J'en appelle à César.
12. Alors Festus, après avoir délibéré avec le conseil, répondit: Tu en as appelé à César; tu iras devant César.
13. Quelques jours après, le roi Agrippa et Bérénice arrivèrent à Césarée, pour saluer Festus.
14. Comme ils passèrent là plusieurs jours, Festus exposa au roi l'affaire de Paul, et dit: Félix a laissé prisonnier un homme
15. contre lequel, lorsque j'étais à Jérusalem, les principaux sacrificateurs et les anciens des Juifs ont porté plainte, en demandant sa condamnation.
16. Je leur ai répondu que ce n'est pas la coutume des Romains de livrer un homme avant que l'inculpé ait été mis en présence de ses accusateurs, et qu'il ait eu la faculté de se défendre sur les choses dont on l'accuse.
17. Ils sont donc venus ici, et, sans différer, je m'assis le lendemain sur mon tribunal, et je donnai l'ordre qu'on amenât cet homme.
18. Les accusateurs, s'étant présentés, ne lui imputèrent rien de ce que je supposais;
19. ils avaient avec lui des discussions relatives à leur religion particulière, et à un certain Jésus qui est mort, et que Paul affirmait être vivant.
20. Ne sachant quel parti prendre dans ce débat, je lui demandai s'il voulait aller à Jérusalem, et y être jugé sur ces choses.
21. Mais Paul en ayant appelé, pour que sa cause fût réservée à la connaissance de l'empereur, j'ai ordonné qu'on le gardât jusqu'à ce que je l'envoyasse à César.
22. Agrippa dit à Festus: Je voudrais aussi entendre cet homme. Demain, répondit Festus, tu l'entendras.
23. Le lendemain donc, Agrippa et Bérénice vinrent en grande pompe, et entrèrent dans le lieu de l'audience avec les tribuns et les principaux de la ville. Sur l'ordre de Festus, Paul fut amené.
24. Alors Festus dit: Roi Agrippa, et vous tous qui êtes présents avec nous, vous voyez cet homme au sujet duquel toute la multitude des Juifs s'est adressée à moi, soit à Jérusalem, soit ici, en s'écriant qu'il ne devait plus vivre.
25. Pour moi, ayant reconnu qu'il n'a rien fait qui mérite la mort, et lui-même en ayant appelé à l'empereur, j'ai résolu de le faire partir.
26. Je n'ai rien de certain à écrire à l'empereur sur son compte; c'est pourquoi je l'ai fait paraître devant vous, et surtout devant toi, roi Agrippa, afin de savoir qu'écrire, après qu'il aura été examiné.
27. Car il me semble absurde d'envoyer un prisonnier sans indiquer de quoi on l'accuse.